Aujourd’hui nous entrons dans le monde de la comédie musicale avec le film Hairspray de Adam Shankman.

Le Synopsis

Tracy Turnblad (interprétée par Nikki Blonsky) est une jeune fille au physique arrondi et qui n’a qu’un rêve : danser à la télévision locale dans le Corny Collins Show. Au grand désespoir d’Edna, la mère de Tracy, elle est fascinée par le show et ne pense qu’à cela et au beau Link, l’une des stars du show. Suite à un départ dans la troupe, Tracy a l’occasion de rejoindre le plateau et elle en profite pour montrer à l’écran ses formes et sa personnalité. Elle décide même de prendre parti politiquement dans le débat qui fait rage pour savoir si les blancs et les noirs doivent être mélangés dans les programmes diffusés. Tracy et ses amis vont tout faire pour rétablir la justice dans cette affaire.

Ma critique du film

D’une manière générale, j’adore tout ce qui ressemble ou de loin à une comédie musicale. En revanche, je sais également avoir un oeil critique et il faut reconnaître que la comédie musicale en film a souvent un aspect kitch et un peu étrange (ces personnes qui se mettent à chanter au milieu d’une scène qui paraissait normale …).

Ce qui me plait dans Hairspray est justement que le film a fait face à ce problème, et a cherché à assumer le résultat, de manière réussie selon moi. Le film est à voir à différents niveaux : sur un fond d’histoire sérieux et orienté politiquement, on retrouve une épaisse couche de kitch. Mais ce vernis à paillette est assumé et tourné en dérision. Par exemple, le choix de faire interpréter la mère de Tracy, Edna, par John Travolta, un des vétérans de la comédie musicale, est un acte délibéré très réussi selon moi.

Le film est donc à regarder avec un regard dissocié entre le registre léger et le registre grave, entre le kitch et l’ironie. Un film que je conseille vraiment …

Les costumes d’Arthur Rowsell

Je commencerai par parler des différences, dans le costume, des blancs et des noirs dans le film puisqu’il s’agit effectivement du débat de fond.

  • Les noirs et les blancs

La première scène de télé dans le film est présentée de manière très mystérieuse. Tracy et Penny, sa meilleure amie, courent en sortant de l’école pour être sûres de ne pas louper le lancement de leur émission favorite, le Corny Collins Show.  Nous découvrons donc en parallèle leur empressement, qui crée un sentiment d’anticipation, et des plans de coupe de l’émission en cours de préparation avec ces jeunes gens qui répètent les derniers pas, et finissent leurs coiffures, eux aussi dans la précipitation. Tout s’enchaîne vite et la caméra se concentre sur les détails : les pieds, les mains, les cheveux, les jupons …

Puis le spectacle commence et nous le découvrons à travers le petit écran de télévision de la famille Turnblad. Assez rapidement, nous traversons l’écran et entrant dans la réalité du plateau dans une chorégraphie dynamique. La scène est visiblement tournée de manière à faire comprendre ce qui plait à Tracy dans cette émission : l’image d’un groupe de jeunes gens élégants, beaux, sveltes, dans des chorégraphies fluides. Les couleurs des costumes sont harmonieuses, pastel pour les filles, et avec des motifs pour la plupart discrets. L’ensemble est travaillé pour son aspect harmonieux et lissé.

2

Les costumes, en particulier ceux des jeunes filles sont marqués de silhouettes de la fin des années 50, avec des motifs qui s’approchent doucement des tissus plus 60.

C’est à la fin de ce premier numéro que nous découvrons la séparation de couleur qui est imposée à la télévision, avec le rappel du jour réservé au noir qui est produit une fois par mois. Immédiatement, la différence se ressent entre Corny Collins, le présentateur principal, et Motormouth Maybelle. Lui est élégant et inscrit dans la mode de l’époque, elle est dans un style plus extravagant et plus “ethnique”, coloré, et à la coupe moins définie et datée.

3

La première impression des “blancs” est donc propre, nette, et organisée … mais également cruelle : en effet, peu après le début du film, une audition est ouverte pour replacer une des danseuses du show. Et si de nombreuses recrues se présentent, elles sont très vite découragées par la dureté des propos de l’équipe en place et de leur chorégraphe, Velma Von Tussle.

Complètement à l’inverse, le premier aperçu de la communauté noire est dans la scène où Tracy est envoyée en retenue. La première image que nous avons d’eux est donc celle d’une classe où les élèves dorment et dansent. C’est un chaos relatif avec une image de désordre et de rébellion qui règne. Et Tracy semble d’ailleurs rapidement plus à l’aise dans cet univers où elle se fait rapidement des amis. C’est un monde plus souple, qui croit moins en l’intérêt des règles, mais qui accepte également plus facilement l’autre tel qu’il est.

4

Les coupes des vêtements sont similaires, puisque les deux groupes vivent dans la même époque, mais de tenues de scène, nous sommes passées à des tenues de tous les jours. Les couleurs sont également plus vives, et plus tranchées et font ressortir les couleurs de peaux des personnages.

5

Puis vient la deuxième audition de Tracy lors de cette soirée où la ségrégation règne. En effet, deux espaces séparés sont réservés pour éviter de mélanger blancs et noirs.

Ici aussi les ensembles sont séparés visuellement : d’un côté les blancs avec pour la plupart des filles des robes rouges et roses, et de l’autre les noirs avec des costumes aux couleurs vives, vertes ou jaunes. Les costumes hommes sont moins distincts d’une communauté à l’autre, mais l’ensemble reste bien séparé. Au milieu de tout cela, Tracy avec sa couleur de peau blanche s’affirme avec des mouvements de danse inspirés par ses amis noirs, et un vêtement avec une coupe et des couleurs déjà plus modernes que les autres.

Plus l’histoire avance, plus les rébellions de la communauté noire se font plus visibles. Avec la scène “the new girl in town”, où Motormouth Maybelle décide de réinterpréter la même chanson dans son show mensuel que celle ayant déjà été choisie par les équipes blanches, l’avenir se déssine aussi par les costumes. On abandonne les robes des années 50 pour avoir une silhouette beaucoup plus dessinée et féminine. Elle veut visiblement montrer la modernité de son geste. Les trois chanteuses ont la même robe, de la même couleur, pour afficher une unité dans cette action.

9

À la fin de la scène, Velma Von Tussle s’oppose à la présentatrice. Et tout dans leurs costumes les différencie : que ce soit la silhouette que le costume dessine ou même les couleurs dominantes qui sont des couleurs complémentaires.

10

Un peu plus tard dans le film, Tracy et ses amis sont invités dans les quartiers noirs pour faire la fête. Nous continuons, avec eux, de découvrir une communauté qui est plus simple dans son apparence, avec des couleurs plus foncées, et des coupes de vêtements plus décontractées. L’ensemble forme un tout harmonieux.

Cette ambiance plus simple, moins tournée sur l’apparence, est confirmée lors de la manifestation par la suite, à laquelle seule Tracy (rejointe plus tard par sa mère) est présente en tant que blanche, avec sa chemise blanche pour accentuer le contraste. La scène est la plus touchante du film, et il était important que les costumes soient simples. À l’exception de Motormouth Maybelle qui anime la scène en chantant, les autres costumes sont homogènes, simples tout en étant variés pour représenter la multitude de voix.

La scène finale, quant à elle, amène la résolution de l’histoire. Le contraste est donc très fort au début de la scène où le concours de beauté est dominé par les blancs, et va s’estomper au fur et à mesure que les choses se “dégradent” et se mélange avec des looks de plus en plus exceptionnels.

On terminera sur la victoire de la jeune Inez, et les solos de Motormouth Maybelle et Edna Turnblad pour que tous les styles soient représentés dans cette scène.

  • Tracy

Parlons à présent du personnage principal : Tracy Turnblad.

La scène d’introduction du film est tournée autour d’elle et sa chanson “Good Morning Baltimore”. Le film commence par nous présenter sa tenue avant son visage et le spectateur est conditionné pour s’attacher à l’apparence des personnages assez rapidement donc.

Néanmoins on comprend très vite que Tracy n’est pas comme toutes les jeunes filles de son âge. Elle est la seule dans cette scène a avoir une silhouette qui ne correspond pas aux standards de beauté de l’époque, elle chante et rêvasse en allant à l’école au point de se mettre en retard pour réussir à finir sa chanson. Sa tenue est également en décalage vis-à-vis du reste des acteurs ou figurants présents dans cette scène. Elle est unique et cela est immédiatement visible.

7

Au fur et à mesure que le film se déroule, son costume reste globalement le même, marquant sa silhouette arrondie et avec des couleurs, des motifs et des formes qui la distingue dans toutes les situations.

Au milieu de son succès, un styliste propose de faire d’elle l’égérie de son magasin et de la relooker au passage. La scène qui suit est haute en couleur dans son ensemble, et transforme Tracy du tout au tout, lui proposant une silhouette beaucoup plus moderne et “flashy”, et moins “traditionnelle”.

10

Le film se termine sur un look très différent, car c’est elle qui initie la rébellion qui s’en suit. Le motif est inédit, nouveau, les couleurs tranchées et même sa coupe de cheveux n’ont plus rien à voir avec ce qu’on avait vu jusque là. La révolution est lancée …

  • Link

Link Larkin est un des personnages secondaires principaux. Ce qui est amusant dans son cas est qu’il représente la personne en chacun d’entre nous qui a envie de rejoindre la rébellion, mais n’ose pas de peur des conséquences.

14

Il a également le rôle de l’objectif inaténiable pour Tracy jusqu’à ce qu’elle s’aperçoive que ses rêves “d’enfants” peuvent être remplacés par une cause plus noble.

En terme de costume, il est toujours bien habillé et vit dans un monde de l’apparence en de contraintes. Il admire de loin le monde de Tracy, mais n’y rentre réellement qu’à la fin par ses actions. Son costume reste polissé.

  • Penny

Penny Pingleton, la meilleure amie de Tracy, est le personnage qui évolue le plus pendant le film selon moi. D’une petite qui est présentée comme insignifiante au début du film, elle évolue et se transforme en un personnage tout autre.

Penny apparait au début du film comme un personnage support : dans la première scène où elle apparait on ne la voit que de profil ou de dos, en train de courir pour satisfaire l’envie de Tracy.

21

Une fois arrivée devant l’écran, elle copie Tracy en dansant.

22

Penny a un des looks qui s’approchent le plus de celui du personnage principal, mais avec un aspect très fillette dans son cas. Sa coiffure en hauteur montre une envie de s’adapter à la mode, tout en laissant des couettes pour montrer son côté non mature. Dans cette première scène, on découvre également qu’elle est sous le joug de sa mère, très stricte à son sujet.

Au cours du film, elle va s’épanouir, notamment en rencontrant Seaweed J. Stubbs, dont elle tombe immédiatement amoureuse. À partir de là, elle va se rebeller, dans une moindre mesure que Tracy, pour pouvoir vivre son histoire d’amour interraciale.

Sa rébellion commence par s’échapper de l’emprisonnement de sa mère … et va jusqu’à annoncer en live devant les caméras qu’elle est amoureuse de Seaweed.

Si son look petite fille la poursuit tout le film, cette dernière scène l’affirme clairement comme étant passée dans l’âge adulte, avec une robe qui souligne ses formes et une coiffure de femme.

29

  • Amber et Velma Von Tussle

Pour moi, les deux femmes de la famille Von Tussle sont à analyser ensemble. En effet, il y a toujours un lien entre les deux personnages.

Tout d’abord, les personnages sont présentés comme très matérialistes et tournées sur l’apparence. Amber cherche à accaparer l’attention des spectateurs et sa mère, Velma insiste auprès des caméramans pour que ce soit le cas.

Durant toute une partie du film, les costumes des deux personnages sont assortis : rose et rose, bleu et bleu. En revanche, leurs silhouettes sont particulièrement différentes : alors que Velma affiche une silhouette de femme bien mise en valeur par des vêtements ajustés de haut en bas, Amber a quant à elle le même type de tenues que tous les autres jeunes : une taille marquée par un large jupon.

Il y a deux scènes en particulier à remarquer concernant ce duo selon moi.

D’une part la scène où Velma rêve de sa gloire passée dans une magnifique scène de danse dont elle est évidemment le centre. Son costume à ce moment s’apparente plutôt à celui d’une majorette alors qu’elle est entourée de jeunes hommes qui ne sont là que pour son faire-valoir.

7

D’autre part, la scène finale où Amber s’attend à gagner le concours, sans savoir que sa mère triche chaque année en faveur de sa fille. C’est la seule scène du film où elles sont à un moment en désaccord et c’est également la seule où leurs costumes ne sont pas assortis.

  • Les parents de Tracy

Pour finir, il faut évidemment de parler d’Edna et Wilbur Turnblad. Ce sont deux personnages aux caractères très différents, mais qui se complètent bien, comme souvent dans un couple, et nous le découvrons au cours du film.

Edna n’est pas à l’aise avec sa silhouette. Elle n’est pas sortie depuis des années de chez elle, elle enchaîne régime sur régime sans succès et ressemble à beaucoup de parents pour qui l’avenir de leurs enfants ne peut se situer que dans la continuité de ce qu’ils ont eux-mêmes commencé.

Elle commence le film en pantoufles et robe de chambre, mais petit à petit va faire l’effort de s’habiller, puis va accepter de sortir de chez elle, de se faire relooker, cherche à séduire et à faire plaisir à son mari en soignant son apparence et pour finir se faire remarquer en assumant sa féminité différente à la télévision avec une tenue des plus extravagantes.

Wilbur en revanche, a réussi à rêve modeste, mais qui était le sien : ouvrir son propre magasin de farces et attrape. C’est quelqu’un de simple, mais qui croit au pouvoir de la volonté. L’apparence n’a aucune importance pour lui, il ne fait pas attention à ce qu’il porte et n’est pas sensible à la beauté extérieure, même lorsque Velma Von Tussle cherche à le séduire de manière ouverte.

Pour finir, je parlerai simplement de la scène dans laquelle ils se réconcilient tous les deux après leur dispute. Cette scène est l’occasion de deux costumes un peu extravagants qui plongent le spectateur dans des scènes qui pourraient être tirées de deux autres genres cinématographiques. Les costumes s’accordent parfaitement à l’ambiance, les couleurs, les lumières et font de cette scène une véritable réussite.

 

Pour aller plus loin :

Quelques articles à lire :

Compléter votre médiathèque :

Des patrons pour cosplayer : (les patrons sont des inspirations ou bases qu’il faut modifier pour obtenir le costume final ; la liste est non exhaustive)

La parole est à vous :

  • Qu’avez-vous pensé du film ?
  • Quelle est votre costume préféré dans le film ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements