Aujourd’hui, j’ai décidé de m’attaquer à un costume très particulier, puisqu’il s’agit du personnage de Paul Conroy, unique acteur visible du film Buried, de Rodrigo Cortés

Alerte SPOILERS l’article évoque des points importants du suspens du film

Le synopsis du film

Paul se réveille, enfermé dans une boîte en bois sans savoir où il est ni pourquoi il est là. Avec un téléphone à moitié vide et un briquet, il doit survivre … mais combien de temps pourra-t-il résister.

Le personnage de Paul Conroy

Le personnage de Paul se dévoile au fur et à mesure du film. Nous n’en savons que très peu sur lui au départ. Puisqu’il est seul dans sa boîte, nous n’avons d’information que lorsqu’il explique sa situation au téléphone.

Conducteur de camion en Irak, Paul est au départ citoyen américain.

Il a une femme et un fils. C’est un mari fidèle et un père aimant et qui n’est parti que dans l’optique de mieux gagner sa vie pour sa famille, justement.

Le personnage, qui se dévoile au fur et à mesure des actions du film, est clairement fait pour nous être sympathique, et pour que nous puissions nous identifier à lui et à sa situation finalement.

5

Nous sommes comme enfermés dans le cercueil avec lui.

Le costume de Paul Conroy

Le costume a été conçu par Elisa De Andres.

Évidemment, comme le film se déroule à peu de chose près en temps réel, et dans un espace confiné, le personnage n’a pas 15000 costumes.

Néanmoins, bien que très simple au premier abord, il s’avère au final plus complexe que prévu, comme nous allons le voir, et très intéressant.

Également, la beauté du film réside dans l’impression d’ensemble créée par le costume, le maquillage, la manière dont ils sont éclairés et le cadrage qui les met en valeur.

Le début du film est très mystérieux. Nous ne savons pas à qui nous avons affaire et découvrons le physique du personnage alors que lui découvre sa situation. Les plans sont principalement des gros plans, qui ne révèlent que peu d’information à la fois. Nous repérons un bâillon, qu’il retire assez rapidement, une chemise, un pantalon, une alliance, le tout de manière entrecoupée et sans déterminer de couleurs, à la lueur d’un briquet.

2

Puis intervient un changement : il retire sa chemise pour se retrouver en t-shirt. Ce geste, à première vue anodin, a son importance à plusieurs niveaux :

  • le personnage a chaud : il nous le signifie par son geste autant que par sa transpiration visible. Mais le fait de e découvrir incite le spectateur à ressentir la chaleur.
  • il a de grandes difficultés à manoeuvrer dans l’espace qui lui est alloué pour retirer cette chemise : cela donne donc une nouvelle perspective sur l’espace dans lequel le personnage est ; c’est une sorte d’échelle pour le spectateur.
  • c’est dans cette chemise que sera rangé le portable qui va servir à Paul tout au long du film ; malgré le fait qu’il est vite écarté cette partie du costume, on apprend qu’il en avait finalement besoin. Et il a de grandes difficultés à récupérer l’outil.

Au cours du film, il découvre quelques accessoires :

  • ce fameux portable qui lui permet une communication avec l’extérieur
  • un portefeuille entièrement vide
  • une lampe de poche qui permet un nouvel éclairage sur la scène par moment
  • des bateaux lumineux, qui ont la même utilité
  • une fiole d’alcool, dont il ne se sert pas comme on aurait pu l’imaginer.

Sur lui, il a également un tatouage, et une montre au poignet. Avec l’alliance, ce sont les quelques signes de son identité qui lui restent, en effet : le costume est très neutre. Le but est selon moi de ne pas donner d’a priori au spectateur sur Paul … c’est le film qui doit nous révéler les différents aspects de sa personnalité. Les vêtements eux ne donnent pas d’indice.

La patine appliquée au costume est appréciable, car il aurait effectivement gênant que la saleté et la transpiration ne s’appliquent pas autant aux vêtements qu’à la peau de Paul. Ici, au fur et à mesure, le sable, la transpiration et la saleté de l’environnement dégradent le costume.

À certains moments, le costume est particulièrement mis en exergue. Je pense notamment au passage où un serpent passe dans son pantalon. C’est le mouvement du tissu uniquement qui permet de comprendre ce qui se passe dans la pénombre … et l’aspect aveugle quant à ce que c’est nous ramène encore une fois à ressentir à la place du personnage.

Avec peu de place et de ressources, les éléments sont exploités à leur maximum. Tout est utile. Le bâillon du début, par exemple ? Il va servir aussi bien à boucher des trous dans le cercueil pour empêcher le sable de rentrer, qu’à mordre pour oublier la douleur, ou bander une main ensanglantée.

Bien après le début du film, certains plans montrent des vues plus d’ensembles, comme si le spectateur pouvait sortir de la boîte. Néanmoins, son regard est toujours porté vers l’intérieur.

14

Somme toute, le costume est donc très simple, mais très bien utilisé.

Mais comme nous le voyons dans les images précédentes, ce sont les cadrages et la lumière qui mettent en exergue les aspects importants du costume et qui guident le retard du spectateur, maîtrisant également l’ambiance : du vert pour l’angoisse, par exemple.

Pour aller plus loin :

Les liens vont être très simples aujourd’hui, car le film lui-même l’est …

Un peu de lecture :

Compléter votre médiathèque :

La parole est à vous :

  • Avez-vous aimé le film ?
  • Avez-vous ressenti ce huis clos ?
  • De quel genre de film s’agit-il, d’après vous ? Action, thriller, aventure ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements