Aujourd’hui, dans un article court, parlons des costumes de Vincent, le court métrage de Tim Burton. Vous pouvez le découvrir ici en VOST.

Le synopsis du film

Vincent Malloy est un garçon de 7 ans qui se prend pour Vincent Price, l’acteur de film d’épouvante. Il lit les nouvelles d’Edgar Allan Poe, il rêve de transformer son chien en zombie, veut changer sa tante en poupée de cire et s’imagine marié avec une femme enterrée vivante. Le court métrage alterne entre la vraie vie de Vincent et le monde imaginaire lié à son alter ego.

Le personnage de Vincent Malloy

Du haut de ses 7 ans, Vincent se sent différent, il a un grand t-shirt rayé en noir et blanc, un short de petit garçon et des chaussures qui pourraient être des baskets. Somme toute un petit garçon normal, un peu atypique sans doute et que l’on découvre d’abord en intérieur avec sa musique et son chat.

2

Mais immédiatement nous découvrons qu’il s’identifie à Vincent Price, qui soit dit en passant a accepté de faire la voix off du court métrage. Nous le découvrons dans une très belle robe de chambre, tout droit sortie d’un roman d’Edgar Allan Poe ou de son interprétation cinématographique, le Puit et le Pendule, avec un allume-cigarettes pour une allure “vintage”, et d’autant plus décalée qu’il s’agit d’un accessoire exclusivement d’adulte.

Puis réapparait le Vincent enfant, entouré de sa soeur, une petit fille aux couleurs pastels (même si le court reste en noir et blanc), et aux allures de poupée, entourée de ses animaux, qui, contrairement au chat de Vincent, sont également dans des couleurs claires.

5

Mais lui préfèrerait vivre dans un film d’horreur cependant, dans un costume aux allures de Dr Frankenstein, entouré de chauves-souris et de jouets étranges qui semblent un univers de film d’horreur réinterprété par des yeux d’enfants. Son costume est simple, en scientifique fou, avec des angles cassants et c’est son environnement qui est plus complexe.

6

7

Vincent est aimable avec sa tante, mais on sent qu’il est décallé dans son allure : il est loin de l’ambiance fleurie de la robe à volants de sa tante. Et la scène se transforme rapidement pour retrouver le savant fou, qui va cette fois-ci nous emporter dans le film La maison de Cire, un autre film avec Vincent Price.

De retour dans un univers de science-fiction aux inventions extraordinaire, nous entrons dans les prémices de Frankenweennie, un autre court métrage de Tim Burton qui a été réalisé en 2012 en long métrage par le réalisateur.

L’alter ego de Vincent est également quelqu’un de poétique, mélancolique et la robe de chambre revient pour un look plus détendu et plus artiste alors qu’il est sur son chevalet, un pinceau à la main ou en train de lire un livre.

12

C’est lorsqu’il creuse les platebandes de fleurs de sa mère à la recherche de sa femme potentiellement enterrée vivante que nous découvrons une silhouette féminine qui ressemble à son fils en terme de finesse.

13

Vincent est seul dans sa chambre et s’imagine regarder le portrait de sa femme qui est vêtue d’une robe rayée qui n’est pas sans rappeler les rayures de la tenue initiale du petit garçon.

14

Et tandis qu’il se lamente sur son sort, sa mère entre dans la pièce pour lui parler et nous découvrons la différence principale entre Vincent et sa mère dans leur tenue vestimentaire : la chemise de la maman a des pois qui s’opposent aux rayures du t-shirt du petit garçon.

Mais enfermé dans son rôle, et dans les cauchemars qu’il s’est lui-même créés, il perd pied de la réalité, et malgré les remarques de sa mère, il se laisse engloutir par son rôle et finit allongé dans le noir, dans son costume de savant fou.

 

Pour aller plus loin :

Un peu de lecture :

Compléter votre médiathèque :

La parole est à vous :

  • Connaissiez-vous ce court métrage ?
  • Vous semble-t-il représentatif de l’univers de Tim Burton ?
  • Quel est votre film ou court métrage préféré du réalisateur ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements