Aujourd’hui, c’est un de mes coups de coeur que je m’attaque : il s’agit de l’excellent et indémodable film The Truman Show, de Peter Weir, avec l’incroyable Jim Carrey.

Alerte SPOILERS l’article évoque des points importants du suspens du film

Le Synopsis

Truman Burbank, un vendeur d’assurance, se retrouve au milieu de faits étranges qui vont l’inviter à s’interroger sur la réalité du monde qui l’entoure …

Ma critique du film

 

J’ai eu l’occasion de découvrir ce film grâce à une professeure de français au collège qui avait décidé de nous ouvrir à la culture autre que Racine et Molière, et bien m’en a fait ! C’est désormais un de mes films préférés.

C’est un film qui interroge la nature de la télé-réalité bien avant son avènement : jusqu’à quoi l’homme est-il prêt à aller pour le divertissement des autres. C’est une interrogation très intéressante et qui est ici traité non seulement en nous mettant en tant que spectateur, mais également en nous montrant les spectateurs, leurs réactions et finalement en nous renvoyant notre propre image.

C’est également la question du choix qui est abordée : jusqu’à quel point peut-on manipuler un être humain dans les choix qu’il fait ? Et finalement, a-t-il le droit et la possibilité de décider par lui-même malgré un conditionnement ?

Bien d’autres thèmes sont abordés évidemment, comme la question du succès des stars, ou encore de la prédestination, notamment.

Le film est donc particulièrement riche, et très bien interprété, notamment par  Jim Carrey, mais également par Ed Harris

Les costumes de Marylin Matthews

Ici, je me dois de préciser qu’il m’a fallu mettre le lien IMDB pour la costumière tellement sa page sur AlloCiné est vide …

Avant de commencer à rentrer dans le sujet du film, nous sommes mis dans un contexte d’interview où l’on découvre Christo et les deux acteurs principaux du Truman Show qui expliquent qu’ils jouent.

Ces images qui sont visiblement très soignées sont alternées avec une petite image de Truman, avec la mention Live. Il est en pyjama rose, un type de vêtements qui ne le met pas en valeur, n’est pas coiffé, et contraste donc d’autant plus avec Meryl et Marlon.

5

Puis nous commençons à suivre Truman. Il commence sa journée habillée pour le travail, et autant sa tenue que son environnement transpire le quotidien (au sens répétitif du terme). Il est habillé d’un costume avec une veste en laine marron et un pantalon beige sous lequel il porte un gilet tricoté jaune sur une chemise bleue et avec une cravate noire. Son costume est un assemblage de vêtements qui paraissent un peu dépareillés avec une silhouette des années 80.

Autour de lui les personnages sont assez stéréotypés. La plupart sont dans des gammes de couleurs claires, beiges ou marron, comme pour laisser Truman se distinguer par ses couleurs dans la foule.

Arrivé sur le port pour prendre un bateau, on remarque que le bateau n’est pas assorti à lui alors que le ponton l’est, probablement pour accentuer l’idée que le bateau est quelque chose de dangereux (il est rouge d’ailleurs).

Nous découvrons ensuite sa femme, dont nous savons qu’elle est une actrice.

Elle aussi est dans une tenue blanche et gris, assez sobre, unie et qui colle à son rôle d’infirmière comme si sa tenue à la maison devait correspondre au stéréotype.

À l’inverse, Truman s’est changé pour se mettre à l’aise : il est en rouge vif avec un pull à rayures et dans une position qui n’est pas flatteuse pour lui à la caméra. Nous découvrons au fur et à mesure du film que le rouge est sa couleur quand il se comporte plus comme un enfant ou en tout cas de manière plus spontanée.

Plus tard, nous retrouvons son meilleur ami, Marlon : ils sont sur un pont, tous les deux dans des tenues décontractées et avec le même pantalon : ils sont différents, mais assortis tout de même. Et encore une fois, Truman porte des couleurs plus vives et plus voyantes que son “ami”.

Si les couleurs claires qu’ils portent lui permettent de se distinguer parmi les personnes qui l’entourent, elles lui permettent aussi de mieux refléter la lumière des projecteurs à certains moments.

Durant ce passage sur la plage, nous découvrons un extrait de son passé : cette virée en bateau avec son père où encore une fois, Truman est habillé en couleurs, tandis que son père est dans des couleurs sombres, probablement pour annoncer son destin funeste. Ici aussi le rouge a été choisi pour le petit Truman, comme si cette couleur pouvait symboliser pour lui la mer ou encore une fois le danger, voire l’aventure.

18

Une fois trempé par une pluie plus qu’étrange, Truman rentre chez lui pour retrouver sa femme, habillée dans un beige clair en déshabillé. Visiblement, le film veut lui donner une image pure et réconfortante.

22

Le lendemain, Truman reprend sa routine dans un costume un peu plus sobre cette fois-ci, mais toujours avec des notes de couleurs. Ce sont les mêmes pièces de vêtement, simplement différentes dans leurs couleurs et notamment le costume est plus sombre.

Et c’est là qu’il croise son père. L’homme se distingue immédiatement à l’oeil du spectateur par sa tenue : il est habillé salement, dans des couleurs très sombres. Il ne fait clairement pas partie du décor !

Perturbé par cette rencontre, Truman souhaite en parler à sa mère, que nous découvrons à l’occasion ; ici elle porte une tenue rayée colorée, mais à dominante noire néanmoins. Le lien de paternité lui donne visiblement droit à plus de couleurs, car elle est un personnage important.

25

Plus tard, Truman se penche sur son coffre à jouet d’enfant : il est de nouveau habillé en rouge, comme si cette couleur avait une valeur symbolique à ses yeux.

Pour venir lui parler à ce moment-là, Meryl s’est vêtu d’une tenue toujours sobre, claire, mais avec des motifs rouges comme si elle souhaitait se rapprocher de lui dans cet état d’esprit.

Au moment où nous voyons les extraits de la rencontre entre Truman et Lauren, qui sont également ceux de sa rencontre avec Meryl, Truman et Marlon, qui fait partie de la fanfare, sont habillés en blanc et c’est aussi le cas de Lauren.

Alors qu’ils se retrouvent et s’échappent de la bibliothèque ensemble, on remarque que Lauren a un pull rouge assorti à sa chemise, ce qui prête à penser que le rouge est d’autant plus symbolique pour lui.

L’homme qui vient emmener Lauren, prétendant être son père, est d’ailleurs tout l’opposé de celle-ci : il est dans un ton neutre, un pull gris clair, très emmitouflant, qui laisse à penser qu’il se cache.

Le jour suivant, Truman porte sa tenue habituelle, mais les couleurs sont encore plus sobres que les jours précédents : le marron prédomine, comme si le doute qui l’envahissait pouvait se lire sur sa tenue.

3

À l’inverse, c’est Marlon qui porte la couleur grâce à son uniforme. Les rôles semblent presque inversés : et c’est sur les épaules de Marlon que repose la lourde tâche de convaincre Truman qu’il n’y a pas de conspiration.

Notons que sur la tenue de Truman on retrouve la petite touche de rouge, cette petite touche de folie et d’aventure qui alimente son imagination, dans ses chaussettes.

Par la suite, Truman “joue le jeu” lorsqu’il regarde les photos de famille avec sa mère et sa femme. Mais le rouge devient de plus en plus présent : à travers toutes les rayures de son pull et de sa chemise.

7

Le lendemain, il est définitivement suspicieux et alors que Meryl, dans tenue traditionnelle, tente de dissiper ses doutes, lui-même est dans un pyjama à carreaux rouges.

Une fois sa décision prise de partir, il se rend en agence de voyages avec une valise rouge, un béret à carreaux rouges, une veste de voyage qui couvre en partie un polo rouge. La couleur n’est pas dominante, mais augmente petit à petit.

Une fois avec Meryl dans la voiture, la couleur est moins visible, mais reste présente dans les poignets et le col. Néanmoins sa tentative va échouer à cause d’hommes en costumes de protection aux attaques chimiques. C’est le costume le plus neutre possible : pas d’indication sur qui est qui ; Truman ne doit pas en savoir plus.

Une fois rentrés chez eux, nous voyons mieux Meryl qui est resté dans sa tenue de travail (ajustée à la taille cependant) et qui a perdu toute note de couleur pouvant la rapprocher de son mari.

C’est encore Marlon qui va sauver la situation, et il est encore assorti au niveau du pantalon à Truman.

C’est ici que nous découvrons l’équipe de réalisation qui s’occupe de Truman ou plutôt de tout sauf de lui.

Les retrouvailles entre Truman et son père sont l’occasion d’une interview du réalisateur et d’un retour en arrière sur les aventures de Truman. Nous confirmons donc cette impression que le rouge est la couleur pour lui de la découverte de l’aventure. Peu présente dans son costume de clown où la personne qui s’était cachée dans le cadeau l’a surpris, mais couvert de rouge lors de son escalade, c’est une couleur qu’il garde lorsqu’il part à l’aventure, malgré tout ce qui cherche à l’en dissuader.

Le lendemain du retour de son père, les doutes de Truman se sont effacés et son envie de rébellion aussi : il est habillé dans des couleurs relativement sobres, mais qui ressortent plus que son entourage grâce à son gilet jaune.

Comme si la direction artistique s’était aperçue que le rouge symbolisait pour lui l’envie de découverte, son chef introduit au travail une nouvelle recrue, toute de rouge vêtue.

10

Mais les retrouvailles avec son père n’ont pas donné envie à Truman de rester dans ville, mais elles ont plutôt permis d’annuler sa peur de l’eau et de la mer.

Nous le retrouvons donc sur l’eau, dans une tenue de capitaine de bateau en bleu marine avec une casquette blanche. Le rouge n’est plus présent, il appartient à l’homme à qui tout était interdit, et la couleur ne lui était plus propre depuis que la réalisation l’avait introduit dans son entourage.

Au milieu de la tempête, Truman perd la casquette, dernier artifice de “spectacle”, dernier costume qu’il avait mis. Il va à la recherche du vrai et la scène est donc épurée, même d’un point de vue costume.

Au moment de son face à face (audio) avec Christof, Truman est donc dans une tenue sombre et sobre. Christof est à peu près habillé pareil, à l’exception de son béret qui reste pour garder un côté superflu, et inutile. Il est dans la lune, il se prend pour Dieu et Truman va s’en aller avec pour argument qu’il n’est qu’un homme, mais un homme libre. Il franchit le pas de la porte, prêt à se faire engouffrer par le noir qu’il porte déjà.

 

Pour finir, je vais simplement faire un petit paragraphe sur le public que nous voyons tout au long du film. Par opposition à Truman (en anglais l’homme vrai), même le public fait faux ; bien que nous sachions qu’il s’agit de personne à l’extérieur,  ils sont très stéréotypés et ne vivent que par et pour le show. Ils ont un côté décalé avec la réalité.

Notons également que ce ne sont a priori que des personnes qui ne semblent pas forcément très “cultivées” ou ayant en tout cas des métiers intellectuels à première vue, ce qui participe au stéréotype.

Nous avons donc :

  • les deux hommes du parking

Si vous pensiez que la télé-réalité était faite pour les femmes, ce n’est pas le cas de ce film qui commence par nous montrer deux hommes, gardiens de parking, qui tuent le temps à regardant le show. Leurs tenues sont des uniformes

  • les femmes (et les clients) dans le bar

Nous ne voyons dans un premier temps que les deux femmes, qui commentent les scènes, puis le patron du bar. Ils sont tous trois dans des tenues de type uniformes et la foule qui est derrière eux est très uniforme également, mais dans le sens que personne ne se distingue. C’est une masse.

  • Lauren

C’est finalement la plus “normale” des téléspectateurs : elle est habillée simplement et de manière décontractée, et prend même la parole face à Christo. Elle montre un caractère fort autant à l’extérieur qu’à l’intérieur du show.

  • La famille chinoise

Une famille de trois personnes devant la télévision et qui cherche à apprendre l’anglais grâce au show. Ils ont des tenues et des badges estampillées aux couleurs du show.

6

  • Les deux vieilles dames

Ce sont les “plus grandes fans” que nous voyons dans le show, avec leurs coussins avec la tête de Truman. Elle sont en tenue de nuit. Leur vie c’est le Truman Show.

  • L’homme dans sa bainoire

C’est finalement le summum de cliché et dans un sens de la société de consommation : il regarde la télévision dans n’importe quel moment de sa vie et dans n’importe quelles. Circonstances.

12

Pour aller plus loin :

Quelques articles à lire ou à regarder :

Compléter votre médiathèque :

La parole est à vous :

  • Qu’avez-vous pensé du film ?
  • Que pensez-vous des costumes à l’intérieur du show ?
  • À présent que le film a quelques années, pensez-vous que le suspens puisse être conservé pour un nouveau spectateur ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements