Après 4 jours de Japan Expo à Paris Nord Villepinte, le retour à la réalité est à la fois appréciable et difficile. Aujourd’hui, retour sur cette Japan Expo 2016.

La préparation

Pour commencer, je dirai que ce n’était pas ma première convention, mais pas loin, et pas ma première Japan Expo, mais pas loin. Des conventions je n’en avais fait que quatre, et la première c’était la Japan Expo en 2013, une seule demi-journée, à l’animation d’un stand. Autant dire donc que je ne l’avais pas vécue de la même manière.

Encouragée par quelques amis, cette année je m’étais lancé le challenge d’assister aux quatre jours pour la vivre pleinement du début à la fin, et qui plus est, de la vivre en costumes ! La préparation a été longue puisque pour quatre jours de costumes, il m’a fallu quatre mois de préparation (en soirs et week-end, bien sûr, sinon ça aurait été plus rapide).

2

Et comme tout cosplayeur (ou presque), le costume du jeudi a été terminé le mercredi soir avant de se coucher …

L’arrivée

Après un petit repérage de plan, j’ai réussi à trouver une place gratuite, un peu loin de l’entrée, mais qui valait la marche pour éviter quatre jours de parkings payants.

Évidemment, plus on se gare loin, plus les premiers regards que l’on croise sont surpris de voir quelqu’un “habillé bizarrement”. Mais peu importe, quel que soit le jour la foule qui allait dans la même direction que moi m’a assez vite rassurée !

L’entrée

Avant l’entrée, des vestiaires et consignes permettaient de se changer. Pour les plus timides, c’est pratique. Je trouve amusant de voir les personnes rentrées au vestiaire et ressortir transformées. Et souvent on les sent plus dans leur élément, fières, et elles ont bien raison.

Avec les mesures de sécurité mises en place récemment, beaucoup de cosplayeurs se sont plaints de ne pas pouvoir emmener les accessoires qu’ils voulaient. Cela ralentissait évidemment les files d’attente, mais ce qui m’a surtout surpris c’est qu’en fonction du monde qui attendait et de la personne qu’on allait voir, la fouille n’était absolument pas équivalente.

Je ne suis pas contre des directives de sécurité bien sûr, mais sur quatre jours de fouilles, je n’ai eu par exemple qu’une seule fouille au corps … ce qui m’est apparu comme peu fiable !

Passée la sécurité, il fallait refaire la queue au niveau des entrées. Un système de tapis de couleurs permettait de diriger le flux des arrivées et était plutôt bien conçu. Tout ce beau monde se remélangeait ensuite à l’entrée dans la convention, et … enfin ! on y était !

(Re)trouver des copains

L’un des bons côtés des conventions (et de ce que j’ai compris encore plus lorsqu’elles sont parisiennes) est cette capacité à rassembler les gens. Compte tenu de la taille de la Japan Expo, retrouver des personnes que l’on connait déjà consiste à s’envoyer de nombreux messages en essayant de donner des indications précises de positionnement tout en jonglant avec les plannings des activités auxquelles on veut assister.

Et une fois sur le point de rendez-vous, il s’agit encore de reconnaître la personne ! Car sachez-le : un cosplayeur change de tenue, mais aussi de couleurs de cheveux et de couleurs de yeux … sans compter certains maquillages qui rendent difficiles la reconnaissance des visages …

13

Mais une fois le challenge accompli, et les personnes retrouvées : c’est toujours un plaisir de pouvoir discuter, partager et faire des activités ensemble. C’est également évidemment l’occasion de découvrir les amis d’amis ou bien encore des personnes par hasard et de discuter, tout simplement.

Les photographes

À certains emplacements de la convention (qui sont apparemment connus des habitués) on retrouve des photographes, repérables de loin à leurs gros appareils photo ! Et leur plaisir à la Japan Expo est de photographier les cosplayeurs qu’ils croisent. Entraînement, perfectionnement, plaisir de la rencontre ou simplement découverte de l’univers, leurs buts sont divers, mais ils se retrouvent autour d’une passion commune : la photo (de cosplay).

3

Les zones et les scènes

La Japan Expo est divisée en zones, chacune avec un thème privilégié : le coin-cuisine, le coin jeux vidéo, le coin créateur, le coin cosplay, le coin manga, etc.

On passe d’un univers à l’autre sans forcément trop s’en rendre compte dans certains cas, mais au coeur de plusieurs univers des scènes et des stands accueillent des prestations qui sont clairement marquées dans l’univers.

9

Mes coups de coeur :

  • J’ai beaucoup traîné autour de la scène cosplay qui proposait des animations quasiment continues sur la journée, avec beaucoup d’énergie
  • Pas très loin de là, la scène Sakura plongeait le spectateur au coeur des traditions japonaises
  • Pour les zones, c’est la section créateurs mode et musique qui m’a le plus plu : les créateurs y étaient très variés, mais tous originaux et je pense que chacun pouvait y trouver son bonheur
  • Un petit coup de coeur sur le stand de Laurence Peguy qui était présente avec ses magnifiques dessins, j’en avais déjà parlé ici.

Les conférences, les workshops et autres

En plus des déambulations qui permettaient de découvrir un certain nombre d’activités et d’univers différent, de nombreuses salles séparées proposaient des concerts, des défilés, des conférences, et … des workshops.

10

J’ai eu l’occasion de voir un “défilé” inspiré de la mode japonaise, un concert de pop japonaise, et plusieurs workshop sur le cosplay.

7

Pour ces derniers, qui prenaient plus la forme de conférences, des cosplayeurs connus présentaient leurs trucs et astuces sur différents sujets. Accessibles à tous, dans la limite des places disponibles, ces workshops s’adressaient autant au débutant qu’au confirmé.

6

Seul regret, certains workshops avaient lieu en parallèle des concours cosplays : et malheureusement pour les ateliers qui avaient l’air très intéressants, le choix a été vite fait pour ma part.

Les boutiques

Comme dans beaucoup de conventions, les boutiques sont évidemment très présentes. À base de matériaux cosplay, produits dérivés de licences, divers objets geeks, ou produits plus artisanaux, chacun pouvait trouver son bonheur quelque part.

11

Petit regret : pas de tarifs spéciaux Japan Expo (sauf quelques exceptions) qui aurait donné de l’intérêt à acheter sur place plutôt que sur internet.

Les dédicaces

Bien que je n’ai pas eu l’occasion de profiter de cette partie de la convention, j’ai tout de même pu voir un peu le fonctionnement. Un stand de réservation de dédicaces était présent à l’entrée et permettait donc de prendre un ticket pour se rendre ensuite à l’emplacement de la dédicace.

Pour les fans, il fallait le lever tôt : le samedi à 9h15 la moitié des dédicaces étaient déjà complètes malgré la queue qui attendait encore. Ça ne laisse pas beaucoup de place ou de possibilités.

D’autres dédicaces pouvaient avoir lieu sur les stands directement, notamment pour les stands des éditions. Mais le planning n’était pas affiché au préalable.

Les cosplays

Ce que j’ai particulièrement aimé à la Japan Expo c’est que le spectacle est autant dans les allées que sur les stands. Bien qu’une petite partie des visiteurs fasse réellement des cosplays complexes et complets, nombreux sont ceux qui accessoirisent une tenue ou mettent une perruque pour faire une démarche particulière : quelque chose qui les change de leur quotidien.

Le cosplay se joue à tous les niveaux : des cosplayeurs “professionnels” aux amateurs, du t-shirt jaune assorti à un jean pour faire Sacha à la structure de deux mètres de haut, le cosplay est accessible à tous, indépendamment du budget, de la couleur de peau ou de l’origine.

Il est également amusant de croiser le même personnage que soi, parfois dans une tenue différente, et de faire une photo commune …

Les concours cosplay

Évidemment, ma préférence dans chaque journée a été à chaque fois le concours cosplay : jeudi et vendredi les concours locaux, samedi la finale européenne de l’ECG et dimanche la sélection française pour l’ECG 2017 !

8

Et les participants dans tous les cas étaient exceptionnels ! Des prestations de qualités, quelques loupés évidemment, mais de la qualité dans les costumes dans tous les cas. Bravo à tous et bravo à la France qui a gagné les deux premiers prix européens !

Conclusion de 4 jours :

Je suis ravie de ces quatre jours qui m’ont clairement paru trop courts ! La première chose que j’ai eu envie de faire en rentrant a été de regarder quelles étaient les prochaines conventions parisiennes et de réfléchir à toutes les idées costumes que j’avais envie de faire, bien sûr !

Les plus

Une convention au programme très riche, qui bouge beaucoup et qui propose énormément d’animations. On ne peut pas s’y ennuyer.

Les moins

Une convention avec beaucoup de monde, surtout le week-end et un avec un planning tellement plein qu’il faut choisir … et parfois attendre entre deux pour faire les activités que l’on veut …

Néanmoins je la recommande fortement, car j’y ai passé un très bon moment moi-même !

Advertisements