Aujourd’hui je repars en arrière avec un film qui a marqué mon enfance : Annie, de John Huston.

Le Synopsis

Annie est une jeune orpheline qui ne rêve que d’une chose : d’avoir des parents …

Ma critique du film

Ayant découvert le film un peu par hasard, assez jeune à l’époque sur Canal J, j’ai tout de suite accrochée à l’histoire de cette adorable petite fille rousse et rebelle qui a du répondant, sait s’adapter en toutes circonstances et n’a peur de rien.

En grandissant, j’ai appris qu’Annie était un des films pour enfants les plus connus des États-Unis et j’ai découvert avec amusement de nombreuses références au personnage dans les séries et films américains.

Que le film soit en plus une comédie musicale n’a évidemment rien gâché, puisque les chansons sont variées, dynamiques et faciles à retenir … “Le soleil brille au matin …” Bref. Un film rafraichissant à voir en famille.

Les costumes de Theoni V. Aldredge

Ce qui est le plus réussi à mon sens dans le film est le contraste entre les costumes “pauvres” et les costumes “riches”. Annie, qui passe par les deux mondes, est la représentation de ce contraste.

La première image après le générique nous permet de découvrir une Annie rêveuse, dans une ambiance calme, bleue et visiblement pauvre. Les vêtements sont sales, dans des matières usées et déformées.

2

Une fois Molly réveillée, Annie montre un rôle de “grande soeur” puis se montre courageuse et téméraire. En tant que grande soeur, elle est assortie aux autres filles, en tant que petite fille peu impressionnable, elle porte une robe “Marcel” qui lui donne des allures de garçons, plus que les robes à fleurs des autres filles.

3

Puis arrive Miss Hannigan : dans cette ambiance feutrée et bleue, elle est l’élément perturbateur dans une tenue colorée, vulgaire, et peu habillée. C’est le nuit pour elle également et elle est en nuisette à dentelles avec un kimono par dessus.

4

Pour la chanson suivante, nous découvrons les filles de l’orphelinat dans un ensemble. Annie se distingue avec un gilet rouge noirci. Dans l’ensemble, malgré quelques motifs, les couleurs sont fades, passées, dans des marrons et des bleus. La plupart sont vêtues de plusieurs couches, schéma que l’on retrouve souvent comme “symbole” de pauvreté : la superposition de couches permet de limiter l’usure de chacune.

Assez loin de l’ensemble, Miss Hannigan est vêtue d’une robe violette et bordeaux avec des volants qui lui donne encore une fois un côté surchargé. Cela dit, les volants penchés sur la robe vont assez bien avec la démarche titubante du personnage. Bien que la robe soit clairement faite pour mettre en valeur sa féminité, la pauvreté est visible, notamment sur les renforts de coude.

8

Une fois Annie sortie de l’orphelinat, il est évident que son univers n’est pas beaucoup plus riche qu’elle : les couleurs sont similaires avec simplement des touches de blanc ou de noirs, qui donnent un aspect plus immaculé.

9

Sandy, quant à lui, est parfaitement assorti à la fois à la coupe de cheveux et à la robe de sa nouvelle maîtresse.

10

À son retour à l’orphelinat, un peu de plus de couleurs sont revenues dans l’environnement, mais elles ne touchent pas les tenues des petites filles : on les trouve sur les tables, les rideaux, etc. Cela semble montrer que la journée s’est éclairée par l’arrivée de Sandy, mais que cela ne change finalement rien aux orphelines elles-mêmes ou à leur condition générale.

11

Puis arrive au milieu de la foule Miss Grace Farrell. Le contraste est frappant : au coeur de ses personnes débraillées et sales, Grace est la délicatesse et la richesse incarnée. Son tailleur coordonné au chapeau et à la cravate. Bleu lavande est la démonstration du propre, et est particulièrement souligné par les gants blancs qu’elle tient dans sa main, ainsi que sa chemise.

C’est une tenue de travailleur qu’elle porte, mais de quelqu’un qui travaille dans un bureau : sa tenue est un mélange de masculin et féminin avec la cravate, la jupe, la veste et le noeud sur le chapeau. Tout est maîtrisé.

Le contraste avec Miss Hannigan est également frappant. Alors qu’elle-même porte sa robe violette très chargée, Grace a une tenue plus claire, plus simple, accentuant le côté vulgaire de son interlocutrice. Cela va évidemment jusqu’à leurs coiffures, très contrastées.

15

À la fin de la scène où elles se “battent” pour avoir Annie, la tenue de la petite fille montre qu’elle est partagée entre les deux univers : sa robe est plus proche de la couleur de Grace, tandis que son pull et son impression globale de pauvreté se rapprochent plus de Miss Hannigan.

Puis, Annie va changer d’univers : elle se retrouve dans un environnement qui est très différent de ce qu’elle connait et de ce qui lui ressemble, mais où il est évident que Grace est à l’aise.

16

La première personne qu’elle rencontre est Punjab. Ce personnage sera habillé du début à la fin de la même manière : il est grand, habillé à la mode indienne, et avec des couleurs très particulières : du blanc, du doré et du rouge. Pour moi, ces couleurs ont été choisies pour ajouter au côté impressionnant du personnage, mais également pour lui donner un côté royal discret.

Annie est émerveillée : les fleurs, les personnes, les tissus, et les “jeux” qu’elles découvrent la fascinent. Sa tenue n’a pas changé, et elle ne s’accorde pas encore à son nouvel environnement. Les personnages qui l’entourent sont en majorité vêtus de vert, ce qui correspond à la nouveauté qu’Annie découvre d’avoir un jardin, et des plantes pour décorer, plutôt que simplement une cour d’immeuble.

Les motifs sont clairs et nets, beaucoup de blanc souligne le vert omniprésent, qui est décliné en plusieurs tons. L’ensemble donne une impression cohérente et très riche.

À l’opposé de cette scène d’ouverture où les personnages accueillent volontiers Annie, l’arrivée de Oliver Warbucks jette un froid. Son costume est noir, élégant, mais pas le moins du monde chaleureux, pas plus que son ton.

Nous revenons ensuite, en contraster avec la luminosité de la maison du milliardaire, à la chambre calfeutrée de Miss Hannigan. Encore une fois en sous-vêtements, et cette fois-ci en pleine journée, elle met en avant son côté inadéquat quant à son métier. C’est appuyé selon moi par sa tenue qui se veut provocante et négligée à la fois, encore une fois trop colorée pour son environnement.

22

Puis arrivent son frère et sa “copine”, pour lui voler de l’argent. Dans un genre beaucoup moins débraillé que la directrice, le couple a également un côté vulgaire grâce à des couleurs vives et mal assorties. Mais clairement ils portent des tenues d’extérieurs, et cherchent à jouer sur leurs tenues pour faire de la séduction.

23

Nous revenons ensuite chez les Warbucks, avec de nombreuses tenues qui se succèdent pour Annie et son entourage. Elle découvre le changement de garde-robe et s’y fait très bien. Chaque nouvelle scène lui offre une nouvelle tenue. Elle porte des robes aux couleurs pastels, souvent avec des nuances de blanc et quelques motifs, qui lui donnent une image de petite fille modèle, ce qu’elle essaye d’être.

Oliver Warbucks, quant à lui, varie peu ses tenues : ils s’habillent en sombre, et conserve son image d’homme d’affaires. Grace change également de tenue à chaque scène, et bien que portant des tenues sérieuses, de travail, sa féminité est toujours marquée par des tissus légers et des jupes qui marquent la taille.

Arrive ensuite la fameuse scène du cinéma, qui va être le pivot de l’histoire. Annie et Grace se préparent ensemble, dans une complicité mère-fille évidente. Et bien que leurs tenues ne soient pas raccordées, ce qui est quelque peu étrange, c’est la chorégraphie qui les accorde cette fois-ci. Sauf erreur de ma part, c’est également la tenue la plus “volante” qu’Annie porte au cours du film, ce qui s’accorde dans les chorégraphies à la combinaison, puis à la jupe de Grace.

La séance de cinéma est introduite par un numéro de cabaret argenté avec des danseuses aux costumes étranges, et finalement assez modernes. Pour ma part, cela m’a toujours rappelé certaines scènes de Chantons sous la pluie.

À la fin du film, c’est Oliver qui prend en charge Annie, la ramène jusqu’à son lit, la met en chemise de nuit, et la borde. Et bien que son costume soit toujours noir, on sent une différence dans son comportement vis-à-vis de la petite fille.

4

Le lendemain, alors qu’Oliver déjeune au soleil (ce qu’on ne l’avait pas vu faire auparavant), Grace a complètement changé de tenue : elle n’a plus un tailleur, mais une robe en mousseline légère, qui lui découvre le décolleté et les bras. Elle s’est également lâché les cheveux sur les conseils de la petite fille. Quant à Oliver, il est en robe de chambre et non pas déjà habillé et porte des couleurs plus chaudes, bien qu’encore foncées.

5

Pour se rendre à l’orphelinat et adopter Annie, Oliver remet un costume noir, strict et qui correspond à son statut. Il est lui aussi en parfait contraste avec Miss Hannigan, qui est vêtue d’une combinaison rose et d’un déshabillé multicolore. Elle cherche à séduire le milliardaire par un strip-tease aussi vulgaire que grotesque et il est évident qu’elle ne peut pas rivaliser avec la grâce subtile de Grace.

La scène suivante est celle où Olivier propose à Annie de l’adopter. Cette fois-ci elle n’est pas habillée en robe, mais dans une combinaison bleu franc qui la rapproche plus d’une silhouette de garçon. C’est d’ailleurs comme à un garçon qu’Oliver s’adresse à elle, et elle ne comprend pas bien où en vient la discussion. Mais au moment où il va lui faire sa proposition, elle refuse, et le bleu prend alors tout son sens : bien que franc, car c’est une petite fille qui sait ce qu’elle veut, le bleu est plutôt une couleur mélancolique.

9

À l’annonce radiophonique d’Oliver, nous avons un petit aperçu de ce monde de la radio. Bien que je ne sois pas sûre que les animateurs ou chanteurs radio étaient toujours si bien habillés, on peut supposer ici que la présence d’un milliardaire puisse ici les inciter à faire un effort. On peut donc remarquer la robe à smocks très “petite fille” de la marionnettiste, ainsi que l’ensemble raffiné et floral des choristes, et pour finir le costume classique, mais habillé du présentateur, rehaussé d’une petite fleur à la boutonnière.

Pour lui éviter l’oppression de centaines de faux parents, uniquement intéressés par l’argent, Olivier va emmener l’orpheline rencontrer le président (rien que ça !). C’est à ce moment qu’elle reprend la couleur rouge qui lui est chère et qui correspond également à sa représentation dans la BD dont le film est inspiré. Ce rouge, qui a ici également un côté patriotique, va réussir à faire chanter les deux opposants dans la même pièce.

13

La scène suivante se passe à l’orphelinat, où Chanteclerc et Lily préparent une arnaque au milliardaire. Leurs tenues les transforment, mais finalement le fond des personnages reste le même : ils se servent de leur apparence pour accéder à ce qu’ils souhaitent. On notera d’ailleurs que Lily n’a pas changé de robe. Chanteclerc, quant à lui, a toujours des vêtements non assortis, auxquels il a ajouté un canotier, pour se donner un aspect “classe moyenne” respectable. Une fois chez Oliver, on remarque sur Lily un col Claudine qui a le même effet.

Alors qu’elle se prépare à partir, Annie refuse d’emporter ses nouveaux vêtements, qui sont à présent trop chics pour la nouvelle vie dont elle rêve. Elle est toujours en rouge, car elle a finalement accompli son rêve de retrouver ses parents, ou en tour cas c’est ce qu’elle image. Grace, quant à elle, a repris une couleur bleu clair, une jupe de tailleur, mais elle ne porte pas la veste, et a laissé ses cheveux détachés. Cela montre l’impact d’Annie sur elle.

17

Les amies d’Annie, venues tout droit de l’orphelinat, expliquent la supercherie à Oliver. La scène où elles se retrouvent silencieuses et impressionnées devant quatre grandes personnes (dans tous les sens du terme) au téléphone est particulièrement amusante de par le contraste dans les costumes : d’un côté des couleurs passées et des matières pauvres (coton et maille), de l’autre des couleurs tranchées (blanc, noir) ou claires (le bleu de Grace) et des matières nobles (laine de costume, soie, etc.)

18

Alors qu’Annie risque sa vie pour échapper à ses ravisseurs, elle est teintée de rouge. Son rêve réalisé s’est transformé en cauchemar. Mais Punjab va la sauver, et c’est d’ailleurs à ce moment que la tenue blanche de celui-ci prend son sens : c’est un ange qui vient du ciel.

La scène finale semble au départ assez sobre, avec une Annie qui a finalement réalisé son rêve d’avoir une famille, toujours dans robe rouge, mais cette fois-ci beaucoup plus travaillée puisqu’elle a troqué le col et les manches en coton blanc pour des broderies en ton sur ton.

21

Oliver quant à lui est vêtu de blanc et noir, dans un costume beaucoup plus positif et pour une scène qui fait un peu mariage (avec Annie qui descend les marches et se voit offrir un bouquet de fleurs).

Une fois arrivé à l’extérieur de la maison, le côté sobre de la scène disparait complètement et c’est une débauche de couleurs, de lumières et de personnages qui apparait.

Dans une ambiance de cirque, on retrouve le président (en blanc lui aussi, en accord avec son concurrent) et sa femme, Miss Hannigan, toujours dans une couleur trop foncée pour l’occasion, et les filles de l’orphelinat, dans des couleurs rose bonbon, assorties aux barbes à papa qu’elles mangent.

Pour finir, c’est une image de famille qui s’affiche avec Oliver, Grace, Sandy et Annie qui forment un ensemble cohérent. C’est alors Grace qui semble être la mariée grâce à la robe blanche et féminine qu’elle porte.

27

Pour aller plus loin :

Compléter votre médiathèque :

La parole est à vous :

  • Qu’avez-vous pensé du film ?
  • Pensez-vous qu’il puisse se démoder et ne plus plaire ?
  • Quel est votre film pour enfants favoris ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements