Aujourd’hui, je reviens dans le passé avec un film qui a transporté de nombreux enfants à travers le monde et les âges, Mary Poppins, un film de Robert Stevenson.

Le Synopsis

Une gouvernante aux qualités extraordinaires vient garder les deux enfants d’un banquier et sa femme.

Ma critique du film

Je ne saurais pas dire à quel âge j’ai vu Mary Poppins pour la première fois. Ce qui est certain, en revanche, c’est que je ne me suis pas arrêtée à la première. Ce film fait pour moi partie du patrimoine des enfants du monde entier. Il est accessible à tous et va raconter à chacun une histoire qui lui est propre.

Le film a vieilli, bien sûr, l’image est passée, les couleurs plus fades, les effets spéciaux (quoique très bien réalisés) seraient faits différemment de nos jours, mais pour autant le film reste dans un sens très actuel dans son discours.

Ce qui est universel, c’est l’histoire de ces enfants qui se sentent parfois délaissés par leur père, de cette mère qui cherche à concilier ses ambitions et sa vie de famille, de ce père qui sent la responsabilité de son foyer sur ses épaules.

Ce qui est extraordinaire ce sont ces aventures que Mary Poppins va faire vivre aux enfants et que tout enfant a rêvé un jour de vivre.

Bref, c’est un film que je recommande à tout âge, et que j’ai redécouvert sous un autre angle adulte, puis avec la seconde lecture d’un autre film, dont je parlerai certainement une autre fois, Dans l’ombre de Mary – la promesse de Walt Disney, qui retrace les difficultés de la création du film.

 

Les costumes de Gertrude Casey et Chuck Keehne

Cela devient de plus en plus fréquent que j’aie besoin de me tourner vers les liens IMDB pour les costumiers … Allociné les mentionne rarement finalement lorsqu’il s’agit de films peu récents.

Le générique du film permet de découvrir l’héroïne dans une tenue très classique, mais flottant sur un nuage, ce qui situe immédiatement le film dans un contexte étrange, un imaginaire d’enfants où les faits surnaturels se mêlent sans contradiction avec la vie réelle.

Si de loin la silhouette de Mary Poppins est classique pour le début du XIXe siècle, où se situe le film, il est assez vite évident que cette femme est loin d’être commune. Son chapeau est décoré de fleurs et elle porte une écharpe très colorée au regard de sa tenue.

Après ce bref passage dans les nuages, nous revenons sur terre avec un spectacle de rue par Bert (Dick Van Dyke), qui s’impose comme le narrateur de l’histoire. Il va également être le film conducteur, même lorsque Mary Poppins sera repartie.

2

Il est habillé de manière également originale, car il a un costume (si cela rentre encore dans la catégorie “costumes”) d’homme-orchestre. En dessous néanmoins, il est évident que sa tenue n’est pas aussi “riche” que celle des gens qui l’entourent. Mais pour autant ils l’écoutent, il a réussi, malgré son rang social, à capter une oreille attentive autour de lui.

Une fois son numéro terminé, il nous emmène dans l’histoire, et le contraste entre son costume et l’environnement s’accentue devant les belles maisons propres de la rue. Sa tenue à lui est sombre, peu soignée et salie (avec un beau travail de patine d’ailleurs).

3

Nous découvrons à ce moment-là la maison des Banks. Nous commençons par les servantes, habillées en tenue traditionnelle de travail, puis Mrs Banks. Ici, la tenue est plus originale : le tissu extérieur de sa robe est d’une couleur qui s’assortit à sa maison et à ses serviteurs. Néanmoins, de traits de jaune vif ressortent, qui correspondent pour moi à sa personnalité fougueuse de suffragette. Elle réussit d’ailleurs à convaincre ses servantes de chanter avec elle, et on sent sa conviction profonde.

4

Mais elle reste une femme mariée, qui prend soin de sa maison, de son mari et de ses enfants, et lorsque Mr Banks rentre chez lui, elle s’en occupe.

Mr Banks, quant à lui, vient assombrir le tableau. Il est dans une tenue noire, avec pour seul point de couleur un oeillet rouge à la boutonnière dont on apprendra plus tard que c’est sa femme qui lui a mis. Il est évident en regardant le couple qu’ils sont très différents l’un de l’autre. Il est sérieux, classique, tandis qu’elle est rêveuse, pleine d’espoir, et avec moins les réalités économiques sur les épaules.

Les enfants quant à eux, et cela se vérifient tout au long du film, cherchent à ressembler à leurs parents, tantôt l’un, tantôt l’autre, parfois les deux. Ici, Jane a des couleurs vives, qui correspondent plus à sa mère, mais s’approchent de l’oeillet à la boutonnière de son père, tandis que Michael est dans un costume gris relativement classique, mais avec des touches de jaunes pour s’assortir à sa mère.

Plus tard, les enfants cherchent à aider leur père à trouver une gouvernante. Ici, c’est les enfants qui ont des couleurs plus claires, tandis que leur père a une veste d’intérieur rouge vif, qui lui donne un aspect colérique, selon moi.

Les enfants sont dans des lainages, qui tendent à montrer que leur manière d’aider sert également à les protéger.

Le lendemain, une armée de gouvernantes se présente devant la porte, toutes plus sombre les unes que les autres. Peu d’entre elles ont des tenues originales, même si certaines présentent des ornements de chapeaux ou des rubans un peu plus colorés (marron au lieu de noir).

Mais lorsque Mary Poppins arrive, elle est vêtue de bleu marine, ce qui lui donne immédiatement un aspect plus lumineux, d’autant plus qu’elle a toujours ses fleurs d’ornements et son écharpe orange. Les couleurs de ces accessoires semblent d’ailleurs avoir été choisies pour s’approcher de Mr Banks.

Une fois embauchée, Mary Poppins s’installe, et on peur remarquée qu’elle semble sombre vis-à-vis de son nouvel environnement. Néanmoins, les détails de sa tenue et de ses accessoires sont assortis aux enfants, simplement dans des tons plus sombres.

Mais on comprend vite que sa tenue sombre était là pour convaincre le père des enfants de son sérieux, et lorsqu’elle retire son manteau, sa tenue est plus simple, plus claire et cela devient d’autant plus vrai lorsqu’elle ajoute un tablier. C’est également le moment où elle réussit à convaincre les enfants.

Une fois leur chambre rangée, les enfants partent en promenade avec leur nouvelle gouvernante. Vêtus comme deux enfants modèles, ils ont des tenues de jeux d’extérieur, résistantes, mais permettant le mouvement, mais sont tout de même habillés conformément à leur niveau social.

Bien que Michael soit vêtu plus sombre que sa soeur, ils portent tous les deux du jaune, qui correspond selon moi à leur humeur.

16

Lorsqu’ils rencontrent Bert, celui-ci, avec l’aide de la gouvernante, les transporte dans un monde qu’il a dessiné, où les tenues d’été et les couleurs vives sont de rigueur.

Dans une tenue très printanière, qui est devenue emblématique du personnage, Mary Poppins mène la danse. L’ensemble des personnages donne le sentiment d’un pique-nique sur une barque.

Lorsque la pluie commence à tomber, les images s’assombrissent, l’ombrelle blanche de Mary Poppins redevient un parapluie, et leurs vêtements redeviennent londoniens ce qui semble refléter la tristesse que le jeu soit fini.

20

J’aime beaucoup cette image où les vêtements des enfants sont décomposés auprès du feu, car ils sèchent.

21

Le soir, Mary Poppins est assortie à Michael, bien que Jane porte également des couleurs claires, mais la chaussette que la nourrice raccommode est aux couleurs de la petite fille. Ici, la tenue de Mary Poppins lui donne un aspect plus traditionnel de gouvernante, mais elle reste douce avec des rayures qui rappellent leurs aventures de l’après-midi.

Le lendemain matin, les enfants ont des chansons plein la tête et débarque dans la salle du déjeuner en joie. Jane a toujours une dominante de couleur assortie à la fleur de son père, tandis que Michael a des détails de son costume (et un bouquet de fleurs) aux couleurs de sa mère.

Chaque jour apportant une nouvelle aventure avec cette gouvernante, les enfants la suivent chez un ami à elle, malade. Dans un premier temps, les tenues sont sombres, le sujet étant évidemment sérieux, mais la maladie est inattendue puisqu’il s’agit d’un fou rire incontrôlable et très contagieux.

Une fois tous assis au plafond autour de la table, il est plus facile de remarquer les détails colorés des tenues. Mais comme c’est la tristesse de repartir qui va leur permettre de se soigner, les tenues restent sombres d’une manière générale.

De retour à la maison, une grande discussion a lieu entre les parents et Mary Poppins. Ici, il est évident à sa tenue que la mère des enfants se range plutôt du côté de la gouvernante que de son mari.

28

Puis vient la journée où les enfants vont à la banque avec leur père. Si lui est toujours vêtu de la même, on comprend immédiatement mieux la raison de sa tenue puisque ses collègues ont patrons ont tous des tenues similaires.

1

Les enfants quant à eux sont trop colorés pour l’occasion. Et bien que le petit Michael est une veste assez sombre, on voit immédiatement qu’ils ne sont pas à l’aise dans ce monde d’adulte. Cela se confirme dans la cohue qui suit et les effraie, une masse de chapeaux, costumes et cannes, indissociables les uns des autres.

2

Les enfants se sont enfuis et sont retrouvés dans la rue par Bert, qui malgré son visage sombre parait tout de suite moins effrayant aux enfants que leur père et son environnement de travail. Ils le suivent donc pour qu’il les ramène chez eux.

3

C’est alors que Mary Poppins les retrouve et que leur nouvelle aventure sur les toits commence. Les costumes sont alors très patinés pour rendre “crédible” le fait qu’ils soient tous passés dans la cheminée. On remarque ici que la petite Jane est alors assortie à Mary Poppins.

Une fois de retour de leur périple sur les toits de Londres, les enfants retrouvent leur père, sérieux et inquiet, toujours dans son costume noir.

Puis celui-ci se rend à la banque pour confronter ses grands patrons, et comprend enfin ce qui est le plus important pour lui.

C’est donc le moment que choisit Mary Poppins pour s’en aller. On remarque ici qu’elle a remis son manteau foncé, elle est fermé sur sa décision. Les enfants eux sont dans des couleurs claires, qui sous-entendent que le dénouement sera heureux pour eux.

9

Lorsque Mr Banks revient de la banque, son costume est déconstruit, son chapeau percé et son col à moitié séparés de sa chemise. C’est cette déstructuration qui montre qu’il a changé d’état d’esprit.

Les vêtements des enfants prennent alors tout leur sens : ils sont habillés pour aller au parc avec leur père et profiter du beau temps pour faire voler leur cerf volant.

Au parc, nous retrouvons Bert, fil rouge de l’histoire, qui propose des cerfs-volants colorés.

La famille Banks apparait unie, Jane assortie à sa mère et Michael à son père. À côté d’eux, les banquiers, toujours dans leurs tenues sombres, mais le sourire aux lèvres, ce qui semble presque combiner l’adage “l’habit ne fait pas le moine”.

Pour finir, Mary Poppins repart, dans sa tenue du début, après sa mission accomplie.

Pour aller plus loin :

Quelques articles à lire :

Compléter votre médiathèque :

Des patrons pour cosplayer : (les patrons sont des inspirations ou bases qu’il faut modifier pour obtenir le costume final ; la liste est non exhaustive)

La parole est à vous :

  • Qu’avez-vous pensé du film ?
  • À quel âge l’avez-vous découvert ?
  • Pensez-vous que ce film est un film culte ? Et si oui, le restera-t-il encore longtemps ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements