Aujourd’hui, voici mon deuxième article sur un tableau : autoportrait de Vincent Van Gogh.

Le tableau

Van Gogh est un peintre de la fin du XIXe siècle qui a beaucoup évolué à travers les styles de l’époque. A la limite de l’impressionnisme et du fauvisme, ses oeuvres jouent sur les couleurs et les lumières pour dessiner les formes.

Au cours de sa vie, il a peint de nombreux autoportraits qui permettent aujourd’hui de voir l’évolution de son style au cours des années.

Ce tableau, qu’il a peint en 1889, vers la fin de sa vie, a des caractéristiques très propres à l’artiste qui rendent son style identifiable.

2

N’étant pas moi-même une spécialiste en peinture, j’éviterai de parler plus du tableau et de risquer de dire des bêtises … Parlons donc de ressenti.

Ce tableau est à la fois très simple et très complexe et c’est là pour moi que se situe sa beauté.

D’un côté, le sujet est simple : le peintre, seul, légèrement de trois quarts, et dans une tenue presque monochrome.

Mais de l’autre, le mouvement des traits de peinture donne de l’expression à cette scène stable. Le fond, bien que dans l’ensemble uni et assorti à la tenue du peintre, est en mouvement, et donne du dynamisme à la pose, pourtant statique.

Et le traitement des couleurs, avec cette opposition du roux de la barbe et des cheveux au reste, redonne le la vie au tableau.

 

 

Les détails

Si l’on regarde de plus près le costume du peintre, il s’agit d’un costume trois pièce dont nous voyons le gilet et la veste, porté par-dessus une chemise blanche.

6

 

Les mouvements dans les coups de pinceau, très présents dans le fond du tableau, sont également présents dans les vêtements, et servent à définir la forme de ceux-ci. Seule la chemise est moins travaillée, car elle est également très peu visible.

Ce sont les accents de couleurs dans les traits du tableau qui créent les ombres et lumières. Cela est particulièrement observable dans les plis de l’épaule et du bras. Ici, chaque trait définit un volume, une ombre ou un trait de lumière.

4

Au-delà de permettre une rapide compréhension de la forme, ces traits me semblent aussi déterminer une matière. La souplesse des plis, les reflets de lumières et la forme générale de la veste me font par exemple dire qu’il s’agit probablement d’un costume en lin, une matière souple, mais qui prend facilement des plis.

3

Pour ce qui est des détails, nous pouvons voir que les boutons, par exemple, ne sont que suggérés. Ils ne sont pas d’une couleur identifiée, mais un simple contour suffit à les matérialiser, assortis à la veste. Il en est de même pour les boutonnières.

5

Et ce sont tous ces éléments qui ensemble, forment un tableau très mouvementé, mais par conséquent également très vivant.

Allez voir le tableau original au Musée d’Orsayà Paris

Pour aller plus loin

La parole est à vous :

  • Connaissiez-vous cette oeuvre ?
  • Quelles sont vos oeuvres préférées du peintre ?
  • Donnez votre avis sur mes observations !
  • Avez-vous d’autres liens à communiquer en rapport avec cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements