Aujourd’hui, c’est un film autour d’un mystère de l’histoire française que nous allons regarder avec L’homme au masque de fer, un film de Randall Wallace.

Le Synopsis

A la Bastille a été enfermé durant des années un mystérieux prisonnier, enregistré sous le nom du Masque de Fer. Mais qui était donc cet homme dont le visage est resté caché ?

Ma critique du film

J’ai eu l’occasion de voir ce film peu de temps après sa sortie. A l’époque, je ne choisissais évidemment pas les films que je voyais sur les mêmes critères qu’aujourd’hui, mais j’avais eu envie de voir ce film qui me semblait plein d’aventures et d’action romanesque.

En réalité, le film est un peu cliché, un peu prévisible, avec des personnages trop stéréotypés. Néanmoins, si l’on ne s’attache pas trop à la profondeur de l’histoire ou des personnages, le film est divertissant, avec un côté charmant qui, pour ma part, me rappelle les vieux films de capes et d’épées des années 60, nottament ceux avec Jean Marais. A l’époque, les histoires des films étaient presque plus des faire valloir des acteurs que réellement des scénarios travaillés pour suprendre le spectateur.

Evidemment, l’image a été modernisée, les dialogues aussi et le tout forme un bon film qui demande peu de réflexion le dimanche soir, un peu comme le Masque de Zorro, mais encore plus douceret.

Les costumes en revanche, présentent un travail approfondi. Les couleurs, les matières et les formes supportent l’intrigue.

Les costumes de James Acheson

  • Le peuple et la cour

Du manière générale, il y a une véritable opposition entre le peuple et la cour puisque la cour s’amuse avec le roi tandis que le peuple a fin. Cela se traduit particulièrement dans les couleurs des costumes : dans une gamme de couleur terre d’un côté, et châtoyants de l’autre. Les couleurs de la cour sont riches, les vêtements neufs, brillants, tandis que le peuple est visiblement miséreux.

  • Les mousquetaires

Le film est évidemment tourné autour de l’histoire du masque de fer, mais avec l’introduction surprenante d’une amitié vieillissante entre les quatre mousquetaires originaux.

4

D’Artagnan est resté mousquetaire et dirige à présent la garde royale dans un bel uniforme bleu. A part à la fin du film, nous ne le voyons porter que cela : c’est son devoir qui correspond à son trait de caractère principal.

Puis nous découvrons Athos, Porthos et Aramis qui ont chacun leur personnalité :

  • Portos, bon vivant, est vêtu d’un riche vêtement usé de velours rouge, mais celui-ci est usé, car le mousquetaire se sent vieux et usé lui-même.
  • C’est le noir qui caractérise Aramis. Il est devenu prêtre et beaucoup plus modéré. Il est même monté à la tête des Jésuite, et s’écarte donc fortement des écarts de la cours.
  • Athos est beaucoup plus neutre : il a élevé son fils et s’est mis en retrait : il est en gris : ni dans un extrême, ni dans l’autre.

Lorsque les quatre amis se retrouvent dans le secret pour comploter contre le roi, chacun porte sa couleur, son histoire.

8

Mais lorsqu’ils ont enfin un but, et que d’Artagnan n’est plus avec eux, ils sont plus d’une même couleur, marron. Ils se fondent également plus avec le peuple, et se rapprochent de Philippe. Ils le comprennent, ils lui apprennent et l’apprécient.

9

A la fin du film, les quatre amis se réunissent autour de leur quête, et dans leur état d’esprit d’avant. Ils revêtent tous les quatre leurs tenues de mousquetaires noires et font fasse à la garde des mousquetaires en bleu. Ils sont présentés comme des légendent et évitent les balles comme des fantômes. Le noir ici me parait très symbolique.

  • Raoul et Christine

Le jeune Raoul est le film d’Athos. Contrairement à son père qui est neutre, lui est plein de vie et de couleur.

12

Il courtise Christine, elle aussi pleine de couleur. Le jaune, très luminueux, de sa robe semble vouloir mettre en tissu la manière dont Raoul voit la jeune fille : radieuse et jeune.

13

Lui est vêtu de deux couleurs : son veston est bleu et or, non sans rappeler la tenue des mousquetaires auxquels il espère appartenir, il y a de petites différences dans sa tenue ; notamment l’or pour moi représente son côté naïf quant à la réalité de la vie. Mais sous ce veston, il porte du jaune : il est en accord avec sa fiancée et juste après son sens de l’honneur, il porte son amour pour Christine.

14

Mais le roi en décide autrement et sépare les amoureux. Raoul se retrouve alors en plein combat, dans un régiment auquel il n’appartient pas : les soldats sont rouges, lui est toujours en bleu.

Dévastée par la mort de Raoul, Christine va demander de l’aide au roi. Celui-ci cherche à la séduire et use de son influence. Elle est encore innocente, et ne comprend pas encore ses intentions : sa robe est riche, mais blanche.

Plus tard, alors qu’elle vit à Versailles et n’est plus si innocente, sa robe est rouge. Mais lorsqu’elle confronte le roi sur sa trahison envers Raoul, au milieu d’un bal en or et rouge, elle-même est de nouveau en blanc : elle semble ne plus rien avoir à faire avec la cour et le roi, et se suicide peu après.

  • La reine

La reine est un rôle à la fois crucial et distant dans le film.

18

Dès le début : elle est présentée comme à distance : à travers une fenêtre. C’est une femme qui souffre, partagée entre l’amour de son fils et l’horreur de ce qu’il devient. C’est également une femme avec un secret impardonnable. Sa tenue est contraignante, rigide, une tenue de reine. mais au fur et à mesure du film, elle dévoile ses secrets et ses émotions et elle laisse sa personnalité ressortir : elle lâche ses cheveux et laisse l’ampleur de ses robes ressortir.

19

Le soir où l’échange entre Louis et Philippe est effectué, elle rencontre pour la première fois son deuxième fils. Elle est rayonnante à ses côté, comme sortie d’un tableau royal. C’est le point culminant pour elle dans le film.

20

  • Les rois

Le personnage principal dans ce film est évidemment tenu par Leonardo DiCaprio, qui joue à la fois Louis et Philippe (eh oui ! deux fois plus de Léo !).

Dans l’histoire, l’homme au masque de fer est donc le jumeau du roi, caché pour éviter des problèmes politiques dans le royaume.

Louis est présenté comme un personnage capricieux : c’est un roi, il le sait puisqu’il a été élevé comme tel et profite de sa position pour obtenir ce qu’il veut. Il sait utiliser ses charmes, comme il le fait avec Christine. Notons que dans la première scène, où il jette son dévolu sur elle, il est en doré, la seule couleur qui pourrait rendre la robe de la jeune fille moins lumineuse. Plus tard, alors qu’ils sont dans la chambre du roi ensemble, il est vêtu comme elle : il cherche à la rassurer sur ses sentiments, et n’hésites pas à mentir et tricher pour arriver à ses fins.

A l’inverse, Philipppe a été élevé à la campagne et ne sait pas qui il est. Il découvre ce qu’il aurait pu être avoir frayeur. Il profite des simple choses que la vie lui offre, comme sa libération du masque.

Après plusieurs semaines d’entraînement, Philippe doit prendre la place de Louis au bal. Pendant les premières minutes de sa mascarade, il est au milieu des mousquetaires, et donne le sentiment d’être déguisé. Il n’est visiblement pas à l’aise et ne sent pas à sa place.

Mais il joue le jeu, et son costume l’aide évidemment, puisqu’il est parfaitement assorti à la cour présente au bal.

Lorsqu’il est confronté à Louis, Philippe est vêtu à l’identique en terme de richesse, mais dans une couleur plus clair, car c’est le plus pur des deux hommes.

Dans la scène de combat du film qui cloture l’histoire, Louis est vpetu d’une armure, protégé de métal, comme un rappel de sa froideur, mais décoré de fioritures inutiles qui correspondent à son identité de roi. A l’inverse, Philippe a revêtu à nouveau une tenue de prisonnier et son masque. Il est vêtu simplement mais prend part au combat aux côté des mousquetaires, comme leur égal.

Au moment de la mort de d’Artagnan, il semble que Philippe portait déjà la tenue de deuil qui convient.

La dernière scène du film rassemble les “gentils” de l’histoire autour de la tombe de leur ami perdu. Ils sont tous en noir, les mousquetaires n’ayant pas quittés leurs tenues précédentes.

29

Pour aller plus loin :

Compléter votre médiathèque :

Des patrons pour cosplayer : (les patrons sont des inspirations ou bases qu’il faut modifier pour obtenir le costume final ; la liste est non exhaustive)

La parole est à vous :

  • Qu’avez-vous pensé du film ?
  • Aviez-vous lu les BD avant ? Si oui, pensez-vous que le personnage dans le film est fidèle au personnage historique ?
  • Que pensez-vous de ces films dans lesquels l’humour est prédominant ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements