Aujourd’hui, attaquons-nous aux superhéros avec le premier Batman de Christopher Nolan, Batman Begins.

Alerte SPOILERS l’article évoque des points importants du suspens du film

Le Synopsis

Orphelin dans ses jeunes années, Bruce Wayne cherche à retrouver un sens à sa vie à travers de nombreux voyages et l’apprentissage d’autres cultures. De retour à Gotham après de nombreuses années, il est prêt à reprendre sa vie publique de milliardaire, mais développe en parallèle un alter ego, Batman, qui combat le crime et les injustices à Gotham.

Ma critique du film

Batman Begins est le film qui m’a fait découvrir le super héros Batman, en même temps que les films de Christopher Nolan. Je ne sais pas si c’est la vision du réalisateur qui m’a fait particulièrement apprécier le film où simplement que Batman est un héros qui est plus humain que d’autres, mais Batman est à présent un de mes super héros préférés.

L’histoire de Batman est évidemment tragique et provoque une empathie forcée chez le spectateur, mais ce qui ressort finalement de ce héros c’est que les épreuves rendent plus fort. De plus, c’est un des seuls superhéros (avec Iron Man) qui ne doit pas à une intervention surnaturelle  ou scientifique ses pouvoirs. En réalité, il n’a pas de pouvoir, simplement beaucoup de moyens et une volonté de fer. C’est à mon avis cet aspect qui en fait un héros proche de son public, je dirais même “à la portée de tous”.

Christian Bale est un bon acteur qui a su interpréter à merveille (selon moi) le rôle, dans son côté extrême ou torturé à certains moments (encore plus dans les deux autres volets de la trilogie : The Dark Knight et The Dark Night Rises).

Je suis pour ma part moins convaincue du rôle de Rachel (Katie Holmes) que je trouve un peu plus “plat” que les autres, mais néanmoins l’ensemble est très réussi.

En conclusion je dirais qu’il s’agit d’un très bon film pour entrer dans l’univers de Batman, ou celui de Christopher Nolan.

Les costumes de Lindy Hemmings

  • L’enfance de Bruce Wayne

L’enfance tragique de Bruce Wayne a évidemment beaucoup d’importance dans la compréhension du personnage et il n’est donc pas très étonnant que le film commence par un passage de l’enfance de Bruce, et particulièrement de la raison pour laquelle les chauves-souris l’effraient. Plus tard dans le film nous retrouvons la suite de l’histoire et comprenons le rôle de son père, qu’il voit comme un sauveur.

Ce premier aperçu du milliardaire permet également de présenter son lien avec Rachel, personnage qui est toujours présent à ses côtés.

D’un point de vue costume, dans cette première scène, Bruce et Rachel sont habillés assez simplement, mais on sent la richesse d’enfants bien élevés dans leurs vêtements. Néanmoins, ils portent des vêtements de jeu, donc souples, et aux couleurs peu salissantes.

Une fois qu’il est consolé par son père, Bruce se cache dans son lit et il est évident que son père est la référence. Il est dans une couleur franche et forte, qui s’oppose à la “pâleur” de son père.

Plus tard dans le film, nous découvrons la tragique soirée où Bruce devient soudainement orphelin. Il est traumatisé par ce souvenir et la culpabilité qu’il ressent. La famille se rendant à l’opéra, ils sont tous vêtus de noir, comme un deuil prématuré. Pour moi, ces tenues correspondent à l’anticipation de ce qui va se passer qui est prévisible par tous les spectateurs qui connaissent déjà le personnage de Batman.

Pour finir cette partie, deux images qui sont selon moi marquantes. Tout d’abord l’introduction du commissaire Gordon, qui va être une aide précieuse pour Bruce et qui est ici présenté de manière visuellement claire au regard de la scène sombre, dans son costume policier flambant neuf.

8

Et d’un autre côté la scène devant le manoir Wayne, où les parapluies endeuillés de la foule ne sont pas sans rappeler les chauves-souris qui ont tant inquiété le jeune Bruce.

9

  • Premier retour à Gotham

Après quelques années, nous retrouvons Bruce Wayne lors d’un passage à Gotham où il revient pour le procès du meurtrier de ses parents. Il porte une tenue qui montre qu’il est de passage, et n’a pas l’intention de rester dans des couleurs marron et vert.

Il semble déterminé, mais on comprend qu’il n’est pas encore prêt à s’engager dans la lutte que propose Rachel, non pas une simple vengeance, mais bien une lutte globale contre l’injustice de la ville.

  • L’Asie

Suite à cette aventure, il repart de Gotham pour voyager en Asie et noyer ses souvenirs. Après quelques mésaventures en tant que hors la Loi, où c’est son physique, plus que son costume, qui montre qu’il est étranger, il se retrouve en prison.

14

Dans ce nouvel environnement, il se fait plus d’ennemis et s’engage dans des combats avec les autres détenus. Il est vêtu comme les autres, et cherche à se fondre dans la masse, mais il ne peut s’empêcher de se faire remarquer. Son costume est sensiblement comme celui des autres prisonniers, mais la couleur est néanmoins légèrement plus vive.

C’est dans cette prison, après un combat, qu’il est visité pour la première fois par Henri Ducard, qui veut le recruter pour rejoindre l’armée des ombres. Dans cette scène où Bruce s’est littéralement roulé dans la boue, le contraste entre les deux hommes est frappant : bien que les deux soient sombres, Henri est aussi propre sur lui et soigné que Bruce est sale et négligé.

S’ensuit alors l’incroyable ascension du jeune homme où la scène montre qu’il part sans rien et se couvre petit à petit, évidemment pour se protéger du froid, mais également symboliquement pour cacher l’homme qu’il est devenu et pouvoir se découvrir lui-même autrement.

Arrivé en haut de la montagne, dans le temple, il rencontre Ra’s Al Ghul, assis sur un trône, le costume travaillé très asiatique, dans un décor parfaitement assorti. Mais immédiatement nous voyons à sa gauche (donc son bras droit) Henri Ducard, qui est de nouveau présent. C’est un indice qu’il est finalement le cerveau de l’histoire.

C’est également le seul personnage qui n’est pas assorti au décor, qui ne joue pas le jeu. Même Bruce Wayne semble mieux à sa place.

Par la suite, c’est d’ailleurs Henri qui entraîne le nouvel élève.

Au fur et à mesure que nous voyons Bruce s’entraîner, il semble se découvrir de vêtements. Et tout au long de son passage dans ce temple, nous suivons l’entraînement au combat qu’il effectue avec Henri, où un nouvel indice nous est donné lorsque le maître est en noir et l’élève en blanc. La ressemblance avec des jedis, qui auraient troqué leurs sabres lasers pour des katana est assez prenante à ce moment-là.

Notons aux passage les incroyables poignets des tenues de combat, qui sont à la fois très simples et en même temps d’un détail époustoufflant pour une tenue d’entraînement. Cela insiste sur la puissance cachée de l’armée des ombres, de même que sur la beauté de cet armée de ninjas.

Mais lrosque Bruce est confronté à un choix que lui même trouve immoral, sa ressemble avec l’armée s’arrête et l’on comprend que le costume noir qu’il porte ne défini par pour autant qui il est.

27

Il a grandit, a mûrit et à compris ce qu’il voulait. Il peut donc désormais reprendre des couleurs plus claires, plus naturelles pour lui et rentrer dans sa ville natale.

13

  • Rachel

Rachel, bien qu’un des personnages assez secondaires de l’histoire, a évidemment un rôle important. C’est le seul personnage qui ne connait pas la double vie de Bruce Wayne, mais lui rappelle systématiquement pourquoi il se bat pour autant.

Ses tenues changent assez régulièrement et je n’ai pas réussi à y voir un système de couleurs qui identifieraient la personne autre que le fait qu’elle soit presque systématiquement assortie à Bruce. Elle est la version plus brillante ou plus claire du milliardaire.

Lorsqu’il se rend à la cour pour assassiner le meurtrier de son père, elle est également en vert, mais un vert plus franc, et non convert par d’autres couleurs.

Et lorsqu’ils se croisent dans un hôtel, elle est dans une belle robe noire, à la hauteur de l’élégance de Bruce, mais elle est couverte de paillettes qui la rende plus lumineuse.

Finalement la seule tenue où ils sont réellement opposés et la dernière du film, où Rachel admet son affection pour Bruce, mais s’en éloigne. Et ayant un secret qu’il ne peut pas admettre, il ne peut pas la retenir. La différence dans leurs tenue vient pour moi de là.

1

  • Les personnages qui l’aident

Mais Rachel n’est pas le seul personnage qui l’aide.

Bien spur Alfred est un élément important puisque c’est la personne qui lui sert de support depuis qu’il est enfant. Il a toujours été présent et semble immuable.

Il est toujours bien habillé, mais au fur et à mesure que Bruce va l’entraîner dans sa double vie, on voit également qu’il est capable de s’adapter, lâchant par moment ses costumes et ses queues de pie pour mettre des manteaux ou des pull plus confortables et plus adaptés à la situation.

Il va au final sauvé la vie de Bruce à plusieurs reprises, et notamment dans l’incendie qui va ravager sa maison, où il se montre physiquement le pillier qu’il représente moralement tout au long du film.

Leurs tenues sont d’ailleurs souvent en accord l’une avec l’autre.

Lucius Fox est également un personnage important pour l’intrigue. Relégué dans les sous-sols de l’entreprise, Bruce va redonner toute son importance au métier du vieil homme en lui demandant de l’aide. Bien que Bruce ne dévoile jamais sa véritable identité à Lucius, il est évident qu’il est au courant du secret global.

Ses tenues sont un peu décallées par rapport à Bruce : là où le jeune homme est toujours très élégant, Lucius est plus simple dans ses tenues, plus colorés également et plus vieux. Les vêtements sont bien choisis car ils confortent le sentiment de personnage discret et indispensable.

Pour finir cette partie, il faut évidemment parler de Gordon qui a également un rôle crucial. C’est le penchant de Rachel, le personnage qui ne connait que Batman et pas Bruce Wayne et qui va chercher à l’aide.

Lui aussi à des tenues qui aident à accentuer son côté fatigué de cette police corrompue qui l’entoure, mais qu’il ne peut pas combattre. Il cherche un moyen de rétablir la véritable justice à Gotham, mais ne la trouve pas. On voit la vie reprendre peu à peu en lui (et particulièrement quand il finit par conduire la Batmobile) au fur et à mesure qu’il peut participer à la résurection de la ville.

Notons également que Gordon fait le lien avec le deuxième film puisqu’il est la dernière personne que nous voyons avant le générique et qui annonce l’arrivée du Joker.

  • Les “méchants”

Evidemment il n’y aurait pas d’histoire s’il n’y avait pas de méchant. Et souvent les BD dépeignent des personnages assez manichéens. Heureusement Christophe Nolan nuance un peu le propos et donne des raisons aux fameux méchants.

En revanche, ils ont relativement la tête de l’emploi et encore une fois c’est plus leur physique et leurs actions que leurs costumes qui les définissent comme “méchants”.

Et bien que Falcone paraisse initialement être le centre du complot de Gotham, c’est rapidement le Dr. Crane qui prend le relai.

Et à ce moment là, la drigue transforme un simple masque en image diabolique.

Plus tard, c’est un autre masque qui se déforme alors que Batman est vu à travers le brouillard de la drogue. Et effectivement le côté monstrueux ressort dans un très beau maquillage.

23

Nous voyons également les exécutants du mal, les “minions” qui oeuvrent dans l’ombre. A Gotham, ils sont en rouge, proche du orange des prisonniers, mais indiquant plus le danger qu’ils représentent.

Et comme un anti-dote bienvenu, la police judiciaire qui analyse les substances déversées dans l’eau est dans la même tenue, mais en vert.

  • Bruce Wayne et Batman

Si Bruce Wayne et Batman ne sont qu’une seule personne, il est évident que Bruce cherche à cacher son côté Batman, comme Diego de la Veiga dénigrait Zorro, Bruce cherche à se dissocier de tout ce qui fait Batman : le sérieux, les activités physiques, et la conscience de la politique de la ville.

Le film est donc séparable en trois personnages :

  • Le Bruce Wayne public, celui qui se montre milliardaire futile et n’a pas conscience du bas peuple. Vêtu de costumes chics, il s’affiche en public et montre une frivolité qui ne lui correspond pas réellement. Il sait tout de même se montrer sérieux en ce qui concerne son patrimoine d’entreprise.

19

  • Le Bruce Wayne dans son intimité, plus proche de Batman et soutenu par Alfred. Il est souvent dans des couleurs plus claires, moins couvert, et se montre donc beaucoup plus vulnérable.
  • et Batman, sérieux, engagé et qui se met constamment en danger sous le couvert du masque.

14

Le costume, que nous pouvons voir dans le détail alors que Lucius lui présente un propotype est très poussé dans les détails. C’est effectivement une armure, mais où l’on sent que chaque partie a été travaillée pour épouser le corps, le protéger et l’aider.

On voit même l’évolution de la construction du costume, alors qu’il s’équipe petit à petit.

Finalement, nous arrivons au milieu du film à l’image du Batman que nous imaginons.

20

Pour aller plus loin :

Compléter votre médiathèque :

La parole est à vous :

  • Qu’avez-vous pensé du film ?
  • Quel est votre préféré de la trilogie ?
  • Le Batman tourmenté de Nolan est-il fidèle à celui du comic ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements