Aujourd’hui, regardons un film très connu d’humour bien français, Brice de Nice, un film de James Huth.

Le synopsis du film

Un surfer n’ayant jamais surfé passe ses journées à faire la fête dans la ville de Nice en attendant la vague parfaite …

Mon avis sur le film

Je ne suis pas une grande fan des films français, vous le savez sans doute déjà, et peu de films d’humour français trouvent par conséquent grâce à mes yeux.

J’avais vu Brice de Nice à l’époque de sa sortie et donc plus ou moins dans la cible du film : adolescente et peu éduquée de la culture cinématographique. Et à l’époque, je dois dire que le film m’avait plutôt plu, sans pour autant me laisser un souvenir incomparable.

Pour avoir revu ce film il y a quelque temps, je suis à présent mitigée sur la qualité de celui-ci. L’histoire est assez classique, voire bêtifiante, et le personnage de Brice horripilant pour tout adulte qui a un jour où un autre rencontre une difficulté dans sa vie (autrement dit : tout adulte). Néanmoins, avec le recul et après avoir réalisé la pauvreté de l’humour de ce film, j’ai pu décerner d’autres aspects du film qui m’ont quelque peu réconcilié avec, et notamment ce travail de l’image qui, au-delà d’une première impression un peu “bon marché” est subtil et clairement délibéré.

Voilà pourquoi aujourd’hui j’avais envie de me pencher un peu plus sur ce film dont les qualités résident dans les détails et non pas dans l’histoire, les personnages ou le franc parlé.

Le personnage de Brice

Je l’ai dit au-dessus, le personnage de Brice est pour moi insupportable : jeune riche insouciant, rien ne l’intéresse si ce n’est son surf et sa vague.

Il est brusque, insensible aux autres et finalement c’est un peu un enfant qui n’aurait jamais grandi : il ne réalise à aucun moment ce qu’est la vraie vie ni les conséquences que peuvent avoir ses actes.

Une fois dépourvu de son quotidien qu’il voit comme une absolue vérité et nécessité, il est démuni et réagit comme un enfant : il cherche la facilité pour subvenir à ses propres besoins et trouve refuge dans les exemples qu’il a pu voir dans son film favori.

Bien que le personnage évolue quelque peu au cours du film (c’est tout de même l’idée du scénario) et que l’humilité fasse un peu plus partie de ses qualités au moment du dénouement, il est évident dans les dernières minutes du film qu’il reste lui-même et a assez peu évolué alors qu’il rencontre la fameuse Alice.

La couleur jaune dans le film

Un des aspects visuels qui m’avait beaucoup plu dans le film est le costume de Brice, particulièrement réussi et la manière dont il a été plus ou moins assorti à son environnement en fonction des cas.

Tout le film est centré sur le personnage principal  : Brice. La couleur jaune de ses chaussures est la première chose que le spectateur voit, avant que la caméra recule sur l’ensemble du jeune homme, dans un t-shirt moulant jaune et un pantalon (étonnamment noir) de type sarouel.

2

La couleur jaune définit donc le personnage dès les premières images. Ce jaune est trop vif, pas naturel, et même les cheveux de l’acteur ne sont pas aussi flamboyants.

Puis nous découvrons Brice dans son environnement familier : sa chambre. Son lit est visiblement assorti à lui-même, dans une couleur que personne n’a jamais vue dans les magasins de linge de maison.

Et lorsqu’il s’habille, il devient évident (si ce n’est pas encore le cas) que sa tenue et lui-même ne font qu’un : il n’en change pas, un peu comme un personnage de bande dessinée que l’on a toujours vu habillé de la même manière.

Cela lui donne un côté irréel, qui donne des indices sur le personnage en lui-même.

Et c’est à ce moment-là que l’on peut commencer à voir que les objets qui l’entourent sont également assortis : les murs, d’inspiration asiatique, jaune pâle (plutôt qu’écru), et la cassette sur laquelle il s’est enregistré jaune. Même la LED de l’appareil est jaune.

6

Une fois qu’il sort, nous continuons à découvrir son attirail, assorti à sa tenue.

7

Mais ici aussi, ce qui est amusant n’est pas seulement le casque et les lunettes, mais bien les petits poussins que nous voyons quelques images … jaunes également.

8

Une fois qu’il a renoncé à surfer, Brice se rend sur la place principale de la ville, et il montre son caractère désintéressé de tous sauf lui. Mais encore une fois, une des premières personnes qu’il bouscule sur la place est en jaune, avec un petit rappel dans la vitrine au fond par un tournesol.

9

 

La scène suivante se situant à la fameuse soirée “Yellow”, il était évident que du jaune serait présent, même si contre toute attente, il n’y en a pas tant que ça, comme si les invités avaient conscience qu’il est difficile d’égaler Brice et donc qu’il n’est pas judicieux de montrer trop de sa couleur.

Les costumes qui le suggèrent ne sont d’ailleurs pas exactement dans les mêmes tons.

Puis nous découvrons le père de Brice : il est sévère, montre son statut social à travers son costume et les personnes qui l’accompagnent et tout l’oppose à son fils. Il ne porte absolument pas de jaune sur lui.

13

À la fin de la soirée, Brice a réussi à inviter chez lui une jeune femme, ve qui permet de découvrir que son côté enfantin ne se situe pas uniquement dans son attitude.

Et bien qu’elle cherche à se rapprocher de lui en portant sa couleur, cela ne suffit pas : il n’est pas mature.

14

Puis la réalité s’abat sur Brice alors que son père est dépossédé de ses biens, et par extension lui-même également. Et à ce moment, les murs jaunes de sa pièce et ses quelques possessions forment une cage et montre son dénuement.

15

Et pour se ressaisir, il trouve un travail … mais son comportement est évidemment inadapté à la situation. C’est signifié par les chaussures qu’il ne veut au départ pas changer, mais également par les gants qu’il porte lorsqu’il fait la plonge.

Même lorsqu’il doit modifier sa tenue, la couleur reste.

19

Puis il redevient lui-même avec ses rêves d’enfants et fait un casse à la banque en dansant. Bien que la scène soit bien faite musicalement, j’ai toujours eu des difficultés à intégrer dans le film cette scène qui est trop irréaliste à mon goût … Le jaune y est d’ailleurs peu présent, à part dans la tenue de Brice qui se montre fidèle à lui-même.

Puis il s’échappe, et se retrouve à bousculer un ensemble de personnes déguisées, qui ne sont pas sans rappeler pour moi les poussins du début, bien qu’il s’agisse de cloches.

20

Pendant son séjour à l’hôpital, il fait face à la réalité de la vie et le jaune est moins présent.

Mais lorsqu’il décide de s’enfuir, c’est une camionnette jaune flambante qu’il retrouve et le réconfort.

22

C’est réellement à ce moment-là que son voyage initiatique commence. Et en fonction des moments dans la suite du film, le jaune de son t-shirt devient plus vif ou s’estompe.

Par exemple, dans la scène où il s’entraîne à monter sur la planche avec le petit garçon, le contre-jaune fait presque disparaître le jaune alors que Brice accepte de jouer le jeu et de reconnaître la vérité derrière la bravade.

26

Après son humiliation dans le concours, et son apprentissage des valeurs de la vie, nous retrouvons un Brice beaucoup plus humble. Il vit en SDF, et le bleu de la mer se mêle au jaune. C’est la mer qui lui a appris cette leçon.

Dans son nouvel emploi en tant que ramasseur d’ordures, Brice est humble et travaille. Il est intégralement couvert d’un bleu clair, seules ses chaussures restent et rappellent qui il est.

27

Et à présent qu’il a accepté son destin, la vague vient et il peut en profiter. Il revient alors à la tenue qui le représente lui, dans son innocence passée.

Et pour finir, c’est cette même personne qu’au début que nous laissons à la fin en compagnie d’Alice, la copie féminine de lui-même.

29

Je n’aime personnellement pas trop cette fin qui me parait être trop un retour en arrière vis-à-vis de l’histoire, appuyé par le changement de costume du bleu au jaune.

Compléter votre médiathèque :

  • Le film
  • Le grand livre jaune, honnêtement je n’ai pas du tout vu ce livre, mais vu l’article, je me suis sentie obligée de le mentionner

La parole est à vous :

  • Avez-vous aimé le film ?
  • Avez-vous vu le 3 (oui le 2e volet a été intitulé 3) ? Et si oui, qu’en avez-vous pensé ?
  • Que pensez-vous de ces personnages qui sont autant caractérisé par leur caractère que par leur costume ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements