Durant ces 2 jours de la Convention du Costume au Kremlin-Bicêtre, le temps est passé trop vite ! Retour sur cette première édition.

L’organisation en amont

Voilà des mois que nous entendions parler de l’évènement via la page Facebook et toutes les annonces me donnaient de plus en plus envie que l’évènement ait lieu et d’y participer.

Il a fallu visiblement beaucoup de recherches de lieux, de recherche d’intervenants, d’organisation et de changement dans les plannings pour réussir à sortir un évènement à la fois riche et bien organisé, mais le résultat valait sincèrement le détour.

Les équipes d’organisations sur place étaient particulièrement avenantes et prévenantes et toute l’organisation des journées a été très bien gérée.

Je note au passage que le prix était parfaitement raisonnable moins de 20€ pour les deux jours, c’était amplement mérité !

 

Le programme

Le programme était riche et bien réparti entre :

  • des conférences ou des tables rondes, où des professionnels ou passionnés d’un domaine en particulier venaient en parler,
  • des démonstrations, ou l’intervenant montrait des exemples, des techniques, des matières, etc. qu’il utilise lui-même pour rendre le discours plus concret,
  • des ateliers où chacun mettait alors la main à la pâte pour apprendre à faire en pratiquant avec les conseils d’un artisan ou d’un habitué,
  • les concours de costumes,
  • et quelques petits bonus très sympathiques …

Pour ma part, j’ai eu l’occasion de faire un peu de chaque type d’activité et de voir donc tous les formats proposés

 

Les conférences

Étant une adepte de la démonstration et de la manipulation, je dois avouer que les conférences me parlent souvent moins et que j’ai donc privilégié d’autres types d’animations sur le planning.

Pour autant, la seule conférence que j’ai faite sur la pose photo a été très intéressante, bien menée et riche en information. Le choix de l’intervenante était vraiment réussi puisque qui mieux qu’un modèle peut parler de pose photo ?

La présentation était bien préparée, bien menée et la conférencière n’a absolument pas hésité à répondre aux questions posées avec humilité et franchise, deux qualités très appréciables.

3

Les tables rondes

Un peu sur le modèle de la conférence, la table ronde a pour différence qu’elle est animée par une personne, mais avec plusieurs autres qui participent. Les quelques que j’ai fait était des retours d’expériences très intéressants, avec une richesse d’information exceptionnelle, mais dans un état d’esprit humble et de communication du savoir et du vécu.

 

Les démonstrations

La démonstration est pour moi l’animation intermédiaire entre conférence et atelier. C’est un très bon équilibre qui permet de montrer la technique sans restreindre à un trop petit nombre de personnes.

C’est ce que j’ai fait le plus au cours de ces deux jours. En fonction des intervenants, la démonstration était soit une conférence avec des objets à montrer (des masques, des coiffes, des costumes, etc.) ou de la pratique faite sous les yeux du public (maquillage, peinture, etc.).

Dans tous les cas, il était évident que les intervenants avaient préparé la présentation et maîtrisaient parfaitement leurs sujets.

Petits coups de coeur pour ma part pour

  • la peinture sur Nerf, que j’avais déjà vue de loin, mais rarement bien expliquée de près et en détail,

16

  • et également pour l’habillage 1900 où l’habillage en lui-même était ponctué d’anecdotes sur les moeurs et coutumes d’époques.

2

 

Les ateliers

L’atelier, quant à lui, permettait de rentrer dans le concret en mettant en pratique. Je n’ai fait “que” deux ateliers, tous les deux sur de la broderie avec chacun une technique différente. Mais dans les deux cas, l’atelier permettait de confronter la théorie à la réalité du geste, et il faut reconnaître que pour la couture, rien de mieux que la pratique.

4

Évidemment en 45 minutes il est difficile de faire grand-chose, mais néanmoins les intervenants avaient suffisamment bien préparé dans les deux cas que j’ai suivi pour que nous repartions avec les bases pour pouvoir finir chez soi par la suite.

Les concours costumes

Durant la pause déjeuner, le samedi comme le dimanche, deux concours costumes ont été organisés, récompensés par vote du jury.

Malheureusement, au vu de la densité des plannings, je n’ai pu voir que le premier. Néanmoins, les photos qui me sont parvenues du deuxième semblaient indiquer une qualité tout à fait équivalente dans les partisans.

Le concours était réparti en deux catégories :

  • d’un côté les costumes historiques, reproductions dans les coupes et matières d’époques, sur sous-vêtements d’époques
  • et de l’autre les costumes de tous horizons, inspirés de la culture populaire, ou réinterprétés à partir de l’histoire, de personnages de films, séries ou jeux vidéos.

Contrairement à un concours cosplay, ici les costumes font un simple défilé devant le jury (et le public). Il semble donc que les juges aient principalement noté la qualité de réalisation plutôt donc que la personnification ou la ressemblance au “personnage”.

Les costumes étaient particulièrement variés et de qualité et on sentait l’amour du costume sous toutes ses formes ressortir à travers les différents participants.

Les “bonus”

Au cours de la journée, diverses activités accessoires venaient ponctuer l’organisation. Principalement, les deux journées se sont conclues avec un quizz “histo ou pas histo” qui permettait de terminer la journée sur une note d’humour dans une ambiance participative.

18

Également dimanche soir, une démonstration de danse tribale a eu lieu, au milieu de l’accueil et sous les yeux ébahis du public.

17

Les coins photo

La convention a mis en place quatre coins photo, chacun avec un thème différent (Steampunk, Alice au pays des Merveilles, etc.) pour que les personnes costumées puissent avoir des photos souvenirs de l’évènement. Les photos devraiet être prochainement disponibles sur la page Facebook.

 

Le coin shopping en “under”

Pour compléter le programme, un coin shopping avait été installé au sous-sol, avec des stands de costumiers venus vendre des costumes, des prestations, du matériel ou des accessoires et surtout un savoir-faire.

Malheureusement, le sous-sol était très froid, et le planning très chargé des conférences laissait peu de temps pour se rendre à cette installation, pourtant très intéressante.

 

 

Conclusion de cette première édition :

Les moins

Mon premier regret est que je n’ai pas pu faire plus de choses : chaque heure, sept salles en parallèle proposaient des activités et évidemment le don d’ubiquité n’était pas inclus dans le prix du billet. Chaque heure, il fallait donc faire le choix de l’activité qui était la plus intéressante, avec assez peu de redite d’une heure à l’autre.

Mon deuxième regret va un peu avec le premier : pas de temps de pause prévu. Par conséquent, et pour ne pas manger dans les salles, ce que je trouve pour ma part assez mal poli, il m’a fallu chaque jour sacrifier une heure sur le planning. Le premier jour, pour voir le concours costume du midi, j’ai mangé pendant l’heure suivante, et le deuxième jour je n’ai donc pas vu le concours.

Dans les deux cas, j’en ai également profité pour voir l’under, qui avait peu de public au final.

Les plus

Paradoxalement, mon premier point positif est le même que mon point négatif : un programme très riche avec énormément de choix. Le programme était clairement conçu pour plaire à différents types de profils, débutants, amateurs, passionnés, professionnels, et chacun pouvait donc y trouver son compte pour apprendre, s’améliorer, rencontre des professionnels, élargir ses horizons, etc.

Un autre point très positif, et je me répète ici : l’organisation était parfaite ! Tout était correctement minuté, avec très peu d’attente entre chaque partie, les intervenants étaient vraiment de qualité, les sujets variés et pertinents et les animateurs pour les tables rondes, entre autres, étaient particulièrement animés et communiquaient bien leur passion. Merci à eux !

C’est une convention comme je n’ai jamais vu avant, et j’espère sincèrement qu’une deuxième édition aura lieu l’année prochaine, car la qualité et la passion étaient au rendez-vous.

 

 

 

Advertisements