Aujourd’hui, j’avais envie de parler d’un film d’horreur d’il y a quelques années (2008) : [REC], un film de Paco Plaza et Jaume Balagueró.

Le synopsis du film

Angéla est une jeune journaliste de télévision qui présente une émission sur les métiers de nuit. Un soir, elle se rend pour son travail dans une caserne de pompiers, qui sont appelés dans un immeuble suite à des cris inquiétants … Angéla sent alors que son émission va prendre un tout autre intérêt …

Le personnage d’Angéla

Jeune journaliste qui doit visiblement encore faire ses preuves, elle travaille en binôme avec son caméraman pour créer de la sensation dans des métiers parfois un peu mornes. La première partie du film montre son envie qu’un incident se présente, afin de ne pas montrer une nuit sans suspens ou intervention pour ses spectateurs.

Au fur et à mesure qu’elle se rend compte de l’ampleur de l’incident, il est évident qu’elle y voit son moment de gloire … qui ne va pas tout à fait se passer comme prévu.

Les costumes de Glòria Viguer

 

L’intégralité du film se passe dans la même soirée, par conséquent, c’est le même costume que nous suivons du début à la fin.

Angéla est le premier personnage que nous découvrons. Elle porte une tenue marron-noir, blanche et rouge. Ce sont les trois couleurs qui dans un sens symbolisent le film :

  • le rouge des pompiers et du sang
  • le blanc le l’innocence des personnages et de la quarantaine
  • le noir (ou marron foncé) des zones d’ombres, de l’incompréhension et des dernières scènes.

2

Chez Angéla, c’est sa couche extérieure qui est rouge pour le moment : propre, brillante et qui montre qu’elle a envie de se mettre en avant.

Très vite, elle retire cette première couche pour rentrer dans la caserne et rencontrer les pompiers qu’elle va accompagner. Nous la retrouvons donc dans une chemise à fleurs, claire, très neutre. Elle représente encore l’attente de l’action : elle est propre sur elle, bien habillée et bien coiffée.

3

Puis le pompier responsable de la caserne lui fait essayer la tenue complète d’un pompier. Bien qu’évidemment cela soit lié à l’histoire, je trouve amusant que cet essayage costume soit également un moment prémonitoire : elle va se retrouver au coeur de l’action.

Au moment de la sonnerie d’appel, Angéla remet sa veste : de nouveau le rouge est présent, à la fois parce qu’elle se mêle au pompier, et parce qu’elle va vers sa perte …

4

Une fois en mission, sur le terrain et après la première attaque, Angéla participe à l’action. Elle veut être au premier rang pour avoir les meilleures images, mais elle est consciente que pour cela elle doit participer : elle retire donc sa chemise (sa veste a disparu un peu avant) pour appuyer sur la plaie du blessé : elle s’expose en retirant tout ce qui pourrait la gêner dans son action et ses mouvements.

5

Évidemment, cela l’amène à être blessé : elle se retrouve dès lors tâchée de sang. On peut d’ailleurs noter que son costume ne s’aggrave pas spécialement par la suite : le plus gros du sang qu’elle reçoit est au début et la suit tout du long.

6

Je note ici que d’une manière générale dans ce film les patines sont assez bien faites et l’on ressent le côté humide du sang frais en regardant les personnages.

En revanche, il semble que la peau d’Angéla se nettoie comme par magie à certains moments, ce qui est un peu dommage pour la cohérence visuelle.

7

De plus en plus décoiffée, elle décide à un moment d’accrocher ses cheveux autrement : on sort de l’image de jeune fille sage, elle montre qu’elle veut survivre et qu’elle est prête à se battre. Ici aussi le changement est pratique et logique vis-à-vis de l’histoire.

8

Les mouvements de caméra se font de plus en plus frénétiques au fur et à mesure que le film arrive à son terme.  Les costumes sont donc de moins en moins faciles à voir.

Si les traces de sang sont encore visibles lorsqu’elle arrive au dernier étage, on remarque que la caméra de nuit ne montre presque plus de détails, comme pour dévoiler la fin imminente : on se concentre sur la vie, plus le décor, ni les costumes.

9

La fin du film est recentrée sur Angéla, dont on ne voit presque plus rien …

Compléter votre médiathèque

La parole est à vous :

  • Avez-vous aimé le film ?
  • Pensez-vous qu’il puisse y avoir une réflexion costume dans les films d’horreur ?
  • Pensez-vous que le sang sur les costumes soit réaliste ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements