Aujourd’hui, attaquons-nous aux superhéros avec le premier film de la série Blade de Stephen Norrington.

Le Synopsis

Un homme mi-humain, mi-vampire devient le protecteur de la race humaine contre les vampires qui font rage.

Ma critique du film

Blade est un film que beaucoup considèrent culte dans les années 2000. Sorti en 1998, il sort dans les premiers de la vague de superhéros qui va surgir dans ses années là.

Bien que le film en lui-même soit assez simple : une histoire sans grosses surprises, des personnages quelque peu caricaturaux, il porte pour moi certains points qui sont des bases de beaucoup d’autres films, comme notamment les Batman, Kill Bill, Matrix, ou même Blood.

L’intérêt ici est que ce héros est en lui-même un vilain au sens où il l’entend et qu’il sait qu’il sera sa propre destruction. Il est rare de voir un héros dans le paradoxe de se combattre lui-même, surtout dans un premier épisode.

Un film qui pour moi vaut le détour pour passer une soirée sans prise de tête.

Les costumes de Sanja Milkovic Hays

On peut noter ici que cette costumière semble se spécialiser dans les films d’actions et de superhéros.

Le film commence à la naissance de Blade. L’ambiance est ici floue, aux couleurs passées, pour montrer qu’il ne s’agit pas du présent. Nous découvrons ici simplement les médecins d’un hôpital, et les costumes servent à une identification immédiate du contexte, ainsi que la mère de Blade, en train d’accoucher et ensanglanter, qui vient de se faire mordre par un vampire.

2

La scène est baignée de blanc, afin de faire ressortir le rouge du sang. La lumière légèrement bleutée accentue le phénomène.

3

Après ce souvenir de sa naissance qui, assez étrangement va rester en mémoire du Blade nouveau-né, nous retournons au présent pour découvrir deux personnages que nous ne connaissons pas encore : un jeune homme visiblement humain et une jeune femme vampire qui l’entraîne dans des lieux inquiétants.

4

Le jeune homme est vêtu d’un manteau rouge, indiquant clairement qu’il est une victime. Quant à la jeune femme, ses cheveux sont d’un rouge foncé, mais le reste de son costume est noir, couleur qui représente souvent la mort.

À l’intérieur de la boîte de nuit, l’ensemble des danseurs sont vêtus de noir ou de blanc, couleurs qui donne l’impression d’une scène très monochrome, jusqu’à ce que le sang coule à flots par le plafond, baignant les spectateurs de rouge et faisant disparaître le jeune humain au milieu de la pièce.

5

C’est au milieu de ce chaos que nous découvrons Blade adulte. On peut noter que sa tenue est immaculée. Il est vêtu de noir, comme s’il admettait sa condition de demi-mort, mais sa tenue replète la lumière plutôt que de l’absorber. Cela est dû à la matière, qui met en valeur les volumes, clairement faits pour dessiner comme des muscles dans son gilet.

6

Sa silhouette est longue, élancée, avec un costume qui ne gêne pour autant pas son mouvement. Le fait qu’il soit propre, sans aucune trace de sang, le distingue visuellement du reste des personnages présents. Il apparait donc immédiatement comme distant, malgré une couleur de vêtements similaires. Tous les indices sont donc dans cette première scène :

  • il est presque comme eux, mais pas exactement
  • il refuse de toucher au sang
  • il est plus résistant qu’un humain, ou même qu’un vampire
  • il s’aide d’articifices pour se distinguer des vampires et les combattre

Après cette première scène de combat, nous découvrons Karen Jenson, qui va se retrouver plongée à son insu dans cet univers mystérieux. Son costume sert immédiatement à l’identifier en tant que Docteur : la blouse et les éléments qui y sont accrochés confirment le contexte défini par le décor et les actions du personnage.

7

La chemise qu’elle porte en dessous de sa blouse est bordeaux, laissant clairement comprendre qu’elle a un lien avec l’histoire, avec le sang.

De retour dans son repaire avec Karen, Blade a une discussion avec Abraham Whistler, que nous découvrons à l’occasion. Il est très simple : débardeur, gilet et pantalon. Il n’est pas comme Blade et l’on comprend donc immédiatement qu’il ne s’agit pas d’un homme de terrain. Il porte une couleur claire, comme si la vie l’avait usé en même temps que ses vêtements.

Puis nous replongeons dans l’univers sombre des vampires, où Deacon Frost s’oppose aux chefs de clans qui l’entourent. La salle est plongée dans la pénombre, et tous les dirigeants vampires sont vêtus de costumes, pour montrer leurs statuts, sombres pour aller avec leur condition.

9

Karen se réveille ensuite dans cet environnement inconnu et surprend Blade et son ami en grande conversation. Blade est en débardeur, il a laissé de côté ses protections : il est évident qu’il se montre plus vulnérable en face de son ami. Il peut être lui-même.

10

Mais dès la scène suivante, il retrouve son équipement, et s’il n’a pas encore remis son manteau en cuir, plus impressionnant, il est néanmoins lourdement armé, avec des accessoires qui lui donnent un côté militaire.

11

De son côté, Frost se rebelle contre les autorités vampires, en tachant de faire une sorte de coup d’État. En pleine discussion avec un des chefs de clans vampire, habillés dans un costume complet sombre, Frost est à son aise, assis par terre, manches de chemise retroussées et sans veste. Il se montre plus jeune, moins rigide et moins attaché aux règles ainsi.

12

Karen quant à elle cherche à retourner chez elle, mais a la nette impression d’être suivie, et à raison qui plus est.

Sa chemise rouge est à présent assortie au sang du pansement dans son cou.

Alors que nous retournons une fois de plus dans l’univers de Frost, nous découvrons également Raquel, qui malgré sa condition de vampire, est toujours vêtue de blanc.

15

Dans la scène suivante, où Frost est assis dans sa chambre, on comprend pourquoi : la chambre est intégralement blanche, et du lit sort une femme vêtue de blanc : Raquel semble donc vouloir coller à l’image de cette chambre, comme pour rentrer dans l’intimité de Frost.

16

Je noterai au passage le très beau costume et maquillage du personnage du traducteur. Ici, on est presque plus dans un film de science-fiction avec des extra-terrestres que dans un film de vampires, mais le résultat est réussi pour autant.

17

Utilisant la faiblesse de Blade pour les personnes sans défense, Frost réussit à le piéger en utilisant comme appas une petite fille. Elle porte une tenue blanche et noire, laissant comprendre au spectateur l’ambiguïté de sa situation, et un noeud rouge, encore une fois pour évoquer le sang.

18

19

Mais Blade se laisse piéger et encore une fois on comprend sa ressemblance avec les vampires à travers son costume.

Lorsqu’on compare la différence entre Frost et Blade, outre les traits de personnalité évidents, on peut également remarquer que Blade est souvent plus vêtu de bleu foncé ou de gris que de noir pur, comme si sa couleur de tenue pouvait signifier son sang, partiellement humain.

Mais finalement le véritable point faible de Blade, c’est sa mère, et Frost en use lorsqu’il la fait apparaitre aux côtés de Blade dans cette fameuse chambre blanche. Si elle étaitr très peu habillée tout à l’heure, ici on remarque qu’elle a une tenue, bien que transparente, beaucoup plus couvrante. Et la légèreté est l’opposé très net de la tenue de Blade.

27

Au moment du rituel étrange prévu par Frost et ses complices, nous sentons une gêne globale dans les personnages, notamment à travers le fait que leurs tenues ne sont plus du tout assorties au contexte. Accessoirement, le noir qu’ils portent semble préconiser leur mort imminente.

Les scènes suivantes sont des alternances de couleur entre la salle où est Blade, sombre, alors que sa capacité à réagir semble éteinte, et la salle du sacrifice, très claire, et assortie aux vêtements de Raquel.

30

La dernière scène du film, après la victoire de Blade, est assez emblématique. Blade a repris son costume qui le représente, et bien qu’il soit dans la pénombre, la neige donne une note plus claire et donc plus positive à la scène.

Compléter votre médiathèque :

La parole est à vous :

  • Qu’avez-vous pensé du film ?
  • Quel est votre préféré de la trilogie ?
  • Que pensez-vous de ses superhéros tourmentés ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements