Cela faisait quelque temps que je n’avais pas analysé un film de princesses donc aujourd’hui, attaquons-nous au très beau Maléfique, de Robert Stromberg.

Le Synopsis

Pourquoi Maléfique a-t-elle décidé de jeter un sort à la petite Aurore ? Découvrez ici l’histoire sombre et torturée de la fameuse fée …

Ma critique du film

Pour ceux qui viendraient de rejoindre ce blog et qui ne s’en seraient donc pas encore aperçus, j’ai un faible pour les costumes de conte de fées et donc je regarde tous les films et séries en relation avec l’univers sur lesquels je peux tomber.

Évidemment, Maléfique m’a tout de suite intrigué. Avec la vague lancée (ou alimentée au moins) par Once Upon A Time, la série télévisée, il est devenu à la mode de reprendre l’histoire d’un personnage de conte de fées connu et d’expliquer comment il en est arrivé là. C’est évidemment beaucoup plus intéressant lorsqu’il s’agit d’un méchant, en l’occurrence ici d’une méchante puisque ce concept amène l’idée que personne ne nait méchant, mais que la vie et les épreuves peuvent le faire devenir.

Outre le fond de l’histoire, que je trouve intéressant et moins manichéen que d’autres films, les images, l’univers créé et les costumes sont absolument fantastiques.

 

Les costumes d’Anna B. Sheppard et Jane Clive

J’ai trouvé le nom de ces deux costumières sur le site d’Allociné, je ne sais honnêtement pas comment elles se sont réparti le travail sur le film. Néanmoins, j’ai compris que le costume emblématique d’Angelina Jolie a été créé par trois couturiers, à sa demande.

2

Au début du film, alors que la narratrice commence son récit, nous découvrons Maléfique d’abord de dos. Nous n’en voyons que ses ailes et sa peau sans vêtements. La position rappelle un nouveau-né et l’image fait clairement penser à quelque chose de fragile.

Ce n’est qu’après cette première image que nous découvrons la vivacité de la jeune fée, ainsi que sa force et son pouvoir sur les autres.

Il est évident qu’elle aime son monde et qu’elle est fière de ce qu’elle est. Sa tenue est sobre, inspirée de la nature de par les ornements qu’elle porte, et assortie à ses ailes, tout en laissant libre son mouvement. Elle se montre forte, et à l’aise.

6

Lorsqu’elle rencontre Stéphane, c’est également un enfant, qui est pauvre. Et s’il est plus couvert que la jeune fille, comme plus méfiant, il est néanmoins dans les mêmes tons qu’elles et avec des matières similaires.

En grandissant, et à mesure qu’ils se rapprochent, nous voyons d’eux de plus en plus leur silhouette, montrant par la couleur que leurs différences ne les séparent pas.

Néanmoins, Stéphane se laisse emporter loin de Maléfique et celle-ci devient adulte seule. Sa robe s’allonge alors, devient plus pudique, plus couvrante et dans des couleurs toujours naturelle, mais légèrement plus terne. C’est la première fois également que nous la voyons se couvrir d’un manteau, qui lui donne une silhouette plus large, moins féminine et plus tirée d’un registre religieux.

10

Le roi n’appréciant pas le peuple des fées, il cherche à attaquer Maléfique et son pays. Nous pouvons alors voir que les couleurs prédominantes sont l’argent et l’or pour le roi, et le jaune (l’or des pauvres) et le rouge pour son armée. Ces quatre couleurs sont des couleurs royales, destinées à montrer la puissance du roi à son ennemi. Je note au passage le très beauf travail sur l’armure et le cheval du roi, gravé et ajouré de manière très délicate, ajoutant à la prestance et à l’autorité visuelle du monarque.

11

Cette armée fait face à Maléfique, ange terrible, aux ailes noires et à la tenue sombre. Seuls quelques jours laissent voir une tunique jaune en dessous, suggérant qu’elle représente pour son peuple le même type de royauté que le roi qui l’attaque, mais n’a pour autant pas besoin de le montrer.

Au château du roi, après que celui-ci ait été blessé, l’heure est grave et sombre, puisque personne ne semble digne de la succession du trône. Les costumes sont riches, bien que moins d’apparats qu’au moment du combat, et les velours rouges, qui est la couleur dominante, sont ornés de bijoux en or.

Vêtu dans un premier temps de sa tenue de page, Stéphane prend soin du roi. Mais lorsqu’il revient, après avoir mutilé Maléfique, il porte une tenue plus simple, plus sombre, en cuir, pour montrer la dureté de sa résolution.

14

C’est la tenue qu’il avait portée lors de leur nuit ensemble. Mais sous cette lumière nocturne, leurs deux tenues avaient semblées douces et bleutées, une couleur qui correspond clairement plus au royaume des fées qu’au royaume des hommes.

16

À son réveil, Maléfique est mutilée et se sent trahie. Elle doit commencer une nouvelle vie infirme. Si sa tenue était légère et fragile la nuit précédente, elle devient ici plus solide.

Elle prend un bâton pour supporter son corps qui n’a pas trop l’habitude de marcher et se couvre d’un manteau sombre et plus épais qu’auparavant, mais toujours aux couleurs de la nature.

17

De son côté, Stéphane récolte les fruits de sa victoire avec son couronnement en tant que roi. Sa tenue est l’inverse de celle de Maléfique, et il est aussi flamboyant qu’elle est sombre. Le rouge de sa robe, plus intense que celui du roi précédent, semble représenter le sang versé pour cette victoire, tandis que le tapis bleu sous ses pieds est plus le symbole du peuple des fées qu’il a opprimé. Autour de lui, les nobles sont vêtus richement dans des tenues noires, portant le deuil de leur défunt roi, tandis que la femme de Stéphane est en blanc : nous ne savons pas qui elle est et elle porte donc encore l’innocence de cette scène.

18

Maléfique montre alors sa rage contre le roi, et utilise ses pouvoirs. Néanmoins, en sauvant le corbeau qui devient son compagnon, elle montre que son coeur n’est pas mort à tout jamais. Il représente sa rédemption en quelque sorte. Malgré cela, il est vêtu de noir, sa tenue en tant qu’humain étant là pour rappeler qu’il est à l’origine un corbeau.

Mais à côté de lui, si sombre, la tenue de Maléfique semble déjà plus claire.

19

Puis vient la naissance de la petite Aurore. Immédiatement, on remarque que la scène est plus claire, plus joyeuse. Les femmes, interrompant leur travail sur les fuseaux pour se rendre à la fête, sont toutes vêtues de robes assez claires.

20

Quant aux visiteurs du château, il s’agit d’une foule aux costumes riches et chatoyants. L’esprit de la fête est présent partout.

C’est évidemment le cas dans les costumes royaux, qui ont pour l’occasion adopté des tenues or et blanches. Malgré ses couleurs plus claires, le roi reste plus sombre, car il est méfiant. Sa tenue est rayée, de gris et sa fourrure a des accents foncés.

24

La petite Aurore en revanche est pure : sa tenue est or dorée, jaune et blanche, couverte de motifs et de perles qui lui donnent immédiatement un côté princier. Je pense que le blanc peut ici symboliser le fait qu’elle soit ouverte aux dons des fées, et innocentes bien sûr.

25

Lorsque Maléfique arrive pour troubler la fête, c’est d’abord le vent dans les costumes que nous pouvons remarquer. Les coiffes moyenâgeuses accentuent cette impression de tempête, ainsi que les robes larges et aux tissus légers.

Puis, Maléfique se révèle sous la forme d’une silhouette, et je pense qu’un gros travail a été fait sur celle-ci pour immédiatement rappeler le dessin animé.

Après la silhouette, nous voyons des détails du costume lorsqu’elle passe dans la foule, puis l’ensemble de sa robe et sa traîne alors qu’elle s’apprête à monter les marches.

C’est d’ailleurs la seule scène où la reine a réellement l’apparence de la Maléfique de la belle au bois dormant. Nous sommes ici au summum de sa colère, et dans son envie de revanche, elle maudit la petite fille qui ne lui a pourtant rien fait.

La scène prend alors une teinte verte, qui est la couleur emblématique de la fée dans le dessin animé, et on découvre le costume complet : le manteau noir et luisant, donnant un côté très animal à la tenue, les cornes qui jusqu’ici faisaient naturelles font maintenant partie de sa coiffe et le col est pointu. Ici il s’agit d’un costume d’apparat, car Maléfique veut faire une impression mémorable sur le roi.

 

1

C’est toujours dans ce costume qu’elle retourne dans son royaume et qu’elle se construit un trône au cœur de celui-ci. Le royaume des fées n’avait jusque là pas de monarque, et elle avait une place importante au sein de la communauté sans pour autant régner dessus. À présent, elle agit en despote et prend cette place, répondant à la douleur par la colère et à la force par le pouvoir, comme un monarque humain.

2

Comme dans le conte, le roi décide de brûler toutes les quenouilles pour éviter la tragédie et d’envoyer sa fille vivre cachée dans la forêt, avec les trois fées.

Celles-ci, pour apparaître normales, utilisent leur magie pour se transformer en humaines. Au passage, je trouve très amusante cette transformation qui garde leurs caractéristiques principales, par exemple leurs couleurs et leurs cheveux, mais les transforme en quelque chose de plus discret, de plus réel, et de plus sobre que des costumes faits de pétales de fleurs.

3

Contrairement au dessin animé, Maléfique trouve immédiatement la cachette de la petite fille, et s’en approche pour la confronter. Leurs costumes sont opposés, Aurore dans un blanc chaud, Maléfique dans un noir bleuté et froid. Ici, on voit d’ailleurs mieux le costume de Maléfique, avec ses parties animales. Elle s’est transformée d’une fée amoureuse de la nature, à une créature cruelle et qui torture les animaux et les humains, ou c’est en tout cas l’image qu’elle cherche à donner. Cette transformation se voit dans le costume.

Au palais, toute couleur claire a disparu et Stéphane est obsédé par Maléfique, cherchant à tout prix à la détruire. Son costume est sombre, couvert de cuir. Son armée est similaire  : loin des costumes en tissus jaune et rouge, les costumes des militaires sont des armures, luisantes et rigides, complexes et ornementées. Ce n’est plus une guerre d’apparat, mais bien un combat à mort dont il s’agit ici.

Le seul endroit paisible du royaume semble donc être la maison où grandit la belle Aurore. Dans des vêtements dont les couleurs semblent varier en fonction des saisons et de son environnement, elle apprend à connaître la vie et la nature autour d’elle. Elle est lumineuse et plus elle grandit plus elle apprend à porter les couleurs de son royaume, sans le savoir.

9

C’est donc tout l’inverse du roi Stéphane, qui est passé de sa tenue triomphante de couronnement rouge et or, à une tenue d’intérieur, chemise de nuit et robe de chambre presque monochrome, noir et blanc. Il est d’ailleurs étonnant de voir que son esprit est tellement en dehors de son royaume, à chasser Maléfique, qu’il s’enferme dans un univers aux couleurs du pays des fées.

10

Pendant ce temps, la belle Aurore fait la connaissance de Mélfique et du monde des fées par elle-même. Au passage, elle en ravive les couleurs et ajoute les siennes au décor bleu.

Au fur et à mesure qu’elle grandit, ses robes pâlissent, laissant penser qu’elle se laisse petit à petit influencer par ce monde qu’elle ne connaissait pas, en plus de son éducation.

Alors que Maléfique décide de chercher à lever le sort sur sa petite protégée, nous retrouvons Aurore endormie dans son lit. Le lit est blanc est brodé de fleurs. Cela n’est donc pas sans rappeler le petit bébé que Maléfique a maudit.

14

Mais Maléfique elle-même a changé : sa tenue est plus claire, elle a perdu les griffes de son col et cette nouvelle tenue montre qu’elle se laisse elle-même influencée par la jeune fille.

15

Le jour de ses seize ans, Aurore décide qu’elle veut vivre avec sa marraine dans le royaume des fées. Ce jour-là, sa tenue est bleue, ce qui renforce sa détermination.

Dans le dessin animé, c’est le jour où le prince Philippe se perd dans la forêt et rencontre la princesse. Bien que la scène soit beaucoup moins déterminante ici que dans la version originale, la rencontre a lieu, avec un Philippe jeune et assez anecdotique, vêtu en tenue royale, mais assez simple et parfaitement assorti à la jeune fille. Cela semble d’ailleurs être le signe qui convainc le corbeau qu’Aurore a une chance de survie.

19

De retour dans sa chaumière, Aurore annonce à ses tantes qu’elle veut partir, et c’est alors qu’elles lui révèlent la vérité. Il est amusant de voir que les tantes ont peu changé en seize ans, mais que pour autant elles se sont plus accommodées à vivre ensemble : elles portent toutes les trois du blanc, une couleur plus paisible et sobre que celles de leurs vêtements. Leurs tenues en elle-même aussi sont plus pâles, et moins ornementées qu’au début. Elles ressemblent plus à des paysannes.

20

Aurore quant à elle se rend au château pour être finalement mal reçue par son père, enfermée dans sa chambre, et fatalement trouver une quenouille et se piquer le doigt, comme la prophétie l’avait prédit.

21

En deuil, Maléfique se rend au chevet de la princesse, ayant de nouveau vêtu son manteau animal, qui ici représente plus sa douleur que sa vengeance, puisqu’elle regrette cette dernière.

Dans un combat final entre Maléfique et Stéphane, Maléfique est de nouveau blessée, mise à terre par son ancien amoureux. Mais alors qu’elle abandonne la protection de son manteau pour se présenter femme devant le roi, celui-ci porte une armure destinée à la blesser, qui lui couvre jusqu’au visage, le transformant lui-même en animal ou plutôt révélant la bête qu’il a été lorsqu’il a coupé les ailes de la jeune fée.

C’est finalement le regard de sa fille lorsqu’elle découvre la vérité qu’il met en scène avec cette armure.

Quant à Maléfice, elle se redresse, et utilise sa force (et non pas réellement ses pouvoirs) pour vaincre sans gloire son ennemi.

Le film se termine sur une scène de couronnement de la princesse qui devient l’héritière des deux royaumes, humains et fées (bien qu’elle semble uniquement couronnée chez les fées …). Sa robe est alors dorée : elle embrasse sa royauté, mais comme le monde des fées est redevenu fleuri et lumineux, c’est également la couleur de ce nouveau royaume qu’elle gouverne.

29

À nouveau très anecdotique, le prince Philippe revient et symbolise ce royaume humain qui va également l’accepter comme sa reine. Il n’a pas changé de tenue et on sent par la couleur de sa tenue, et par son attitude, qu’il n’est pas forcément parfaitement à l’aise dans ce monde magique.

30

Le film se termine sur Maléfique, ailes déployées dans le ciel, tel un ange, dans une tenue qui si elle est encore foncée, est beaucoup plus légère, découvre plus son corps et ses formes, et est éclairé de manière claire par le soleil, donnant un côté très positif à cette dernière image.

Pour aller plus loin :

Quelques articles à lire :

Compléter votre médiathèque :

Des patrons pour cosplayer : (les patrons sont des inspirations ou bases qu’il faut modifier pour obtenir le costume final ; la liste est non exhaustive)

La parole est à vous :

  • Qu’avez-vous pensé du film ?
  • Avez-vous été surpris par ce remaniement de l’histoire ? et pensez-vous qu’il est intéressant ou décevant ?
  • Qu’avez-vous pensé des costumes ?
  • Quel est votre film de contes de fées préféré ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements