Et c’est encore d’un tableau que je parlerai aujourd’hui avec le très beau portrait d’Élisabeth d’Autriche par Franz Xaver Winterhalter.

Le tableau

Franz Xaver Winterhalter est un peintre académique et lithographe allemand du XIXe siècle, ayant vécu majoritairement en France. Son oeuvre comporte majoritairement des portraits, notamment parce qu’il fut le portraitiste attitré des familles royales européennes dans la deuxième moitié du siècle.

Parmi ses nombreux portraits, on en trouve plusieurs d’Élisabeth d’Autriche, autrement connue sous le surnom de Sissi, et j’ai choisi ce très beau portrait en pieds de 1865.

2

J’aime les portraits : je trouve que les peintres ont une possibilité de capter l’image de la personne de manière plus vivante parfois qu’une photographie ne pourrait le faire. De plus, un portrait montre les vêtements d’apparat, laissant des indices intéressants sur l’époque pour le spectateur.

Les détails

3

Tout d’abord nous pouvons admirer, grâce à la position de 3/4 de l’impératrice, la très belle coiffure ornementée de fleurs. Élisabeth, qui aimait beaucoup les bijoux, s’est fait représenter ici la coiffure ornée d’étoiles de diamants, qui ne sont pas sans rappeler les Edelweiss, fleurs des montagnes.

4

En descendant, nous voyons une très belle robe blanche, assortie aux diamants dans ses cheveux, à la taille marquée et aux épaules tombantes. Nous sommes après l’époque romantique, et la tenue des femmes dévoile de plus en plus de chair.

Dans ses mains, l’impératrice porte un éventail légèrement coloré, rien de trop vif qui pourrait attirer l’attention sur autre chose que Son Altesse.

Dans son dos, un ruban dénote puisqu’il est noir. Il s’agit en réalité du ruban qui vient se glisser dans la dentelle du col pour l’ornementer.

5

La crinoline également s’élargit de plus en plus, et c’est particulièrement vrai pour la noblesse en tenue de représentation, comme ici sur un tableau.

Remarquons néanmoins que les couches sont légères, superposées et malgré l’ampleur de la robe, laisse une impression de légèreté globale.

6

Si le motif de la robe n’est pas très clair, on peut néanmoins noter qu’il est discret, en ton sur ton avec juste une légère brillance pour relever l’ensemble.

La tenue est printanière, avec un voile léger abandonné sur la robe. L’ensemble donne une impression très jeune et simple de l’impératrice, en faisant ressortir ses cheveux sombres.

Pour conclure, je dirai que ce tableau, bien que clairement une pose statique, a quelque chose d’instantané et de vivant dans sa représentation, avec ce voile léger prêt à s’envoler, et le mouvement de la jupe qui laisse imaginer Élisabeth aller vers le fond du tableau.

Pour aller plus loin :

Quelques articles à lire

Compléter votre médiathèque

La parole est à vous :

  • Connaissiez-vous cette oeuvre ?
  • Quelles sont vos oeuvres préférées du peintre ?
  • Donnez votre avis sur mes observations !
  • Avez-vous d’autres liens à communiquer en rapport avec cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements