Mercredi dernier, j’ai eu l’occasion d’aller à la projection de l’intégrale de la web-série Cluster Agency, par le collectif Le Vrac. Bien que les deux derniers épisodes de la série ne soient pas encore sortis sur YouTube, j’avais envie de parler de cette réalisation très réussie.

Petite précision néanmoins que je ne suis pas forcément impartiale sur cette série, puisque j’ai moi-même aidé à la création des costumes (de deux en particulier) … néanmoins, je trouve sincèrement la série de qualité et qu’elle mérite un article !

L’histoire :

Pour le commun des mortels, les Undercovers ne sont qu’une légende, mais Cluster Agency emploie ces êtres, capables de transférer leur esprit dans le corps d’un autre, pour faire le sale boulot. Il suffira d’une seule mission qui dégénère pour que Tank, Bulk et Ginger, employés de Cluster, se retrouvent embarqués dans une situation qui les dépasse.

Mon avis :

Lorsque le Vrac et les auteurs de la série m’ont parlé du projet il y a quatre ans, j’avais été immédiatement convaincue : une série de science-fiction écrite et réalisée par des personnes que je savais déjà talentueuses, j’étais persuadée que le résultat ne pouvait en être que réussi !

Quatre ans plus tard, à la sortie des deux derniers épisodes, je peux confirmer mon pressentiment : la série est complète, intrigante, et bien réalisée.

  • Les costumes

Commençons donc par parler des costumes, puisqu’il s’agit du point clef de mon blog …

  • La décision générale du jaune

Le choix du jaune est évidemment délibéré ici. Il rappelle les couleurs de Cluster Agency, tout en faisant un focus sur les personnages principaux.

C’est le jaune, travaillé à l’image et dans les lumières, qui va créer un univers si particulier dans la série. C’est lui qui va rendre cohérent un univers qui n’existe que dans les effets spéciaux et l’imagination du spectateur.

Et d’un point de vue costume, cela se traduit par un choix des détails et des accessoires : une jupe, une montre, une écharpe ou encore des gants, tant de points qui vont faire un focus sur les personnages importants.

  • Le budget d’une web-série

Bien sûr, un tel scénario avec un budget de long métrage aurait donné quelque chose de très différent … néanmoins je ne pense pas que les personnes qui ont réalisé cette série regrettent la liberté de création qu’offre le manque de budget. C’est une manière de fonctionner différente, qui a ses limites, mais qui pour autant a aussi ses avantages.

5

Le manque de budget d’un projet autofinancé en revanche explique les tenues “de tous les jours” et les décors urbains contemporains. Néanmoins, l’univers post-apocalyptique s’accorde bien avec cette idée que rien de nouveau n’est sorti et que seul le militaire peut avoir progressé en termes de technologiques et également dans d’autres domaines, comme le vestimentaire.

  • Les costumes

Pour ma part, j’ai créé les costumes du juge et de l’avocate, qui sont tous les deux à part dans cet univers.

6

Pour le reste des costumes, nous sommes sur une ambiance de personnages de bande dessinée, qui définit un costume pour un personnage, qui ne changera donc pas sauf cas de force majeure. Qui plus est, dans un univers où le même personnage peut avoir plusieurs visages, je pense que ce type de repère est important.

Pour ce qui est des personnages principaux, les costumes, et notamment la proportion de jaune sur eux, mettent en valeur leurs caractères :

  • Tank, quant à elle, est une femme forte, qui sait ce qu’elle doit faire et va droit au but. Son costume est plus franc, le port du jaune plus visible et plus répandu sur elle. Au fur et à mesure de l’histoire, elle devient plus impliquée dans l’intrigue, et le jaune devient plus prenant.
  • Ginger est un personnage calme, qui fait peu de terrain et travaille plutôt dans l’ombre, sa tenue est donc assez classique, avec une chemise, car ce qu’il fait est dissimulé, sur son costume par sa veste. Le jaune qu’il porte n’est pas forcément très voyant, il est discret. Alors qu’il se met à plus fréquenter le terrain, il retire sa veste et le jaune devient plus évident.

3

  • Bulk, lui, est impulsif et va avant tout se servir de sa force pour résoudre un problème. Il n’est finalement que peu impliqué dans son travail et se pose déjà des questions sur ce qu’il fait. Seules sa ceinture et ses mitaines sont en jaune : la ceinture est relativement cachée, ce qui laisse donc voir avant tout ses poings, dont il n’hésite pas à se servir.

22

  • Watch est un personnage plus sombre : il porte d’ailleurs un noir plus franc. Il est plus important, en lien direct avec le “boss”, et son costume est plus sobre. Il joue un jeu complexe, et le sait. C’est un des seuls qui n’a pas toujours du jaune sur lui.
  • Le boss est mystérieux, nous ne le voyons que peu. Il porte une cravate jaune, le reste de son costume est noir. Il ne montre que peu son appartenance, de même qu’il n’est pas réellement en contact avec ses équipes. En cela, il est plus proche de Watch que des autres personnages et il est en de même pour son costume.

8

  • Maître Almeida est une femme forte, déterminée, et qui joue également un jeu dangereux. Elle porte du jaune, mais sous sa tenue de travail. La quantité de jaune qu’elle porte se dévoile au fur et à mesure qu’elle dévoile son implication dans l’histoire.
  • Eisenhardt ne porte quant à lui jamais de jaune. Il cherche à sortir de ce système, et montre sa non-appartenance à celui-ci.

21

Au-delà de ces personnages importants, nous croisons également d’autres personnages :

  • Les polices : chaque district a sa police, et chacune de celles que nous voyons a sa propre manière de fonctionner, avec son propre costume
    • Le D1 : il s’agit de la police privée de Cluster Agency. C’est la face visible des Undercover. Ils sont en civil avec des brassards.
    • Le D4 : c’est une police de quartier encore riche et sans trop de problèmes. Ils cherchent à être neutres. Ils sont en costumes (très réussis soit dit en passant) et portent des brassards d’identification.

15

  • Le D9 : c’est visiblement la police qui s’occupe du quartier le plus difficile. Ils sont amurés, armés et n’hésitent pas forcément à tirer avant de poser des questions.

14

  • Les filles du bar : pour retrouver une cible, Watch, Bulk et Tank se rendent dans un bar sous-terrain qui semblent rempli d’escorte-girls. Leurs styles sont assez variés, mais on peut suspecter une tendance cyberpunk légère, qui colle bien au style post-apo de la série, et permet d’introduire le squat par la suite.

9

  • Les lieux médicaux : si la science a évolué grâce aux multinationales qui ont créé les vaccins, les locaux des médecins ne semblent pas forcément avoir eu le temps d’être améliorés. Ici, l’ensemble est sobre, et le blanc est toujours teinté de jaune.

11

  • Le squat : alors que nos héros s’éloignent de la civilisation pour aller chercher des réponses, ils se retrouvent dans un squat cyberpunk. Immédiatement, le style cyberpunk introduit une idée à la fois post-apo, mais également de rébellion, de résistance. C’est une des scènes les plus colorées de la série.

20

Conclusion :

Si vous aimez les séries avec des intrigues qui vous tiennent en haleine, c’est une série que je conseille particulièrement.

Quelques pages à voir :

La parole est à vous :

  • Connaissiez-vous cette série ?
  • Connaissez-vous d’autres web-séries ?
  • Pensez-vous que budget soit synonyme de qualité en cinéma ?
  • Avez-vous d’autres liens à communiquer en rapport avec cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements