Aujourd’hui, je retourne dans les spectacles, avec la version vidéo de la comédie musicale Le Roi Soleil, le spectacle de Dove Attia et Albert Cohen sur une chorégraphie de Kamel Ouali.

Un peu d’histoire

Créé en 2005 pour le Palais des Sports de Paris, le spectacle raconte la vie et les amours du roi Louis XIV, le Roi-Soleil.

Après deux saisons en France et une tournée en Europe, la comédie musicale voit sa dernière en 2007.

L’intrigue

Le spectacle commence pendant la Fronde, cette émeute sanglante de Paris qui a à jamais forgé le caractère du futur roi, encore enfant. Puis, les années ont passées et Louis XIV doit prendre le pouvoir. Mais si son éducation est prête à gouverner, son coeur n’est pas forcément prêt à admettre les contraintes du pouvoir …

Ma critique du spectacle

Vous le savez, j’ai suivi de très près toutes les comédies musicales jouées à Paris, et si je ne les ai bien sûr pas toutes vues, j’ai eu plaisir à en regarder beaucoup, notamment en vidéo (faute de budget pour aller systématiquement les voir).

  • Les musiques :

Si certains accents restent inspirés des musiques baroques de Lully, de l’époque de Louis XIV, la plupart des musiques sont clairement très modernes dans ce spectacle. En revanche, je pense que ce n’est pas forcément un mal ici, puisque le reste des décors et costumes est une modernisation assez discrète pour remettre au goût du jour l’époque. Ainsi, la musique s’accorde avec ce principe général, simplement en allant un peu plus loin.

  • Les textes parlés et chantés :

Heureusement pour le spectateur, l’histoire de Louis XIV est fortement résumée. Notamment, les grands évènements qui ont marqué sa vie sont pour la plupart racontés comme des ragots par les personnages de la cour, et ainsi permettent que le spectateur suive la chronologie sans trop d’efforts. Chaque évènement semble ponctué d’une chanson.

Mais si les musiques ne sont pas essentielles au déroulement de l’histoire, je pense qu’en revanche elles sont indispensables dans la description des personnages. Les chansons, et donc les textes, ne cherchent pas à faire avancer l’histoire, mais à créer des ambiances et à nous faire comprendre ce que ressentent les personnages principaux.

  • Les chorégraphies :

Pour cet aspect, rien de traditionnel : les danses de Versailles ne me semblent absolument pas visible dans ces chorégraphies, ce que je trouve très dommage. Car si bien sûr il fallait moderniser les chorégraphies baroques, le spectacle aurait à mon avis gagné à introduire des pas et des danses de l’époque. Ici, les chorégraphies ne semblent pas très différentes des autres comédies musicales où Kamel Ouali est intervenu.

6

  • Les costumes :

En revanche, les costumes partent d’une forte base de costumes d’époques modernisés. Et ce qui manque pour moi dans les chorégraphies, je l’ai retrouvé dans les costumes. Donc bien sûr, il ne s’agit pas de costume d’époques fidèles, néanmoins les costumes reflètent de ce que le public imagine de costumes de l’époque de Versailles, ce qui est déjà un bon début.

 

 

 

Nous trouvons donc des corps à baleines, des tenues de médecins et de prêtres, beaucoup de froufrous, même pour les hommes, et des perruques originales.

Je trouve intéressant ici de noter que les personnages sont plus ou moins classiques en termes de costumes en fonction de la sobriété de leurs personnages. En effet, Madame de Maintenon a souvent des tenues plus historiques, tandis que Monsieur est évidemment très loin de la réalité.

 

 

 

Il y a également un gros travail à noter sur les couleurs, qui s’associe ici à l’utilisation des lumières, où les personnages sont rapprochés ou mis en opposition par les couleurs qu’ils portent.

 

 

 

  • Les décors :

Pour les décors, je trouve le choix réussi de rester dans la sobriété. Le décor est composé d’éléments simples qui sont déplaçables pour plus de modularité, et qui jouent beaucoup sur des surfaces peintes, comme l’étaient les décors de l’époque, donnant un petit clin d’oeil amusant ici.

 

 

 

Peu d’éléments aident finalement à définir le lieu à chaque fois, mais suffisament pour que ce soit parlant. Et c’est alors que les lumières jouent un rôle déterminant, en apportant de la profondeur, en dissimulant ou mettant en relief des aspects de la scène, ou encore en interagissant avec les décors et les costumes.

  • Les plus :

Au final, ce qui m’a le plus plu ici c’est que le spectacle va plus loin que de la simple modernisation des costumes ou des décors, mais qu’il y a une véritable volonté de représenter les fastes de Versailles au public. Ainsi, deux scènes ont particulièrement attiré mon attention qui sont loin d’être historiques, mais cherchent à montrer l’originalité recherchée par Louis XIV pour faire resplendir sa cour.

15

C’est le cas de la scène d’introduction de Monsieur, mais également de celle où le roi Louis XIV décide réellement de devenir le Roi Soleil.

12

 

En conclusion, je recommanderai ce spectacle en vidéo pour ses aspects intéressants et bien travaillés, notamment au niveau des costumes.

Pour aller plus loin :

Quelques articles :

Compléter votre médiathèque :

La parole est à vous :

  • Avez-vous vu à l’époque la comédie musicale ?
  • Que pensez-vous d’un spectacle fait pour être vu de loin, mais filmé pour la postérité en vidéo ?
  • Pensez-vous qu’une comédie musicale moderne doive inclure de l’historicité dans ses visuels ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements