Aujourd’hui, avec le temps maussade de ces derniers jours, j’ai eu envie de parler du tableau d’Auguste Renoir, Les Parapluies.

Le tableau

Pierre-Auguste Renoir est un peintre français impressionniste de la fin du XIXe siècle. Peintre figuratif, il s’intéresse plus à l’humain qu’aux paysages, particulièrement aux corps et aux visages. En soixante années de carrière, il estime avoir peint près de quatre mille tableaux.

Si le tableau Les parapluies, que le peintre a mis près de cinq années à terminer (1881-1886) n’est pas son tableau le plus connu, c’est néanmoins un de mes préférés.

 

2

Je trouve que le tableau est assez représentatif de l’oeuvre du peintre avec un très beau travail de “mise au point” et de flous. De plus, j’aime la manière dont les tissus sont peints, mettant en valeur la différence entre la tension des parapluies, et les flous des tenues.

Les détails

Le tableau dépeint une scène de la vie quotidienne où des passants sortent leurs parapluies. Quatre personnages sont mis en particulier en valeur, étant tous au premier plan :

  • la jeune femme au panier d’un côté, au-devant de la scène, qui ne semble pas sortir de parapluie
  • et de l’autre les deux petites filles et la femme qui semble veiller sur elles

Dans les deux cas, un des personnages nous fixe, attirant visiblement notre attention.

Pour ce qui est de la jeune femme au panier, sa robe est très simple, d’un gris assorti aux parapluies qui l’entourent. Aucune ornementation n’est visible sur sa robe, ce qui met en valeur les plis de la jupe.

3

La tenue de la jeune femme ressort d’autant plus par ce qui l’entoure :

  • le panier sombre à son bras
  • le sol clair à droite
  • l’homme qui porte une veste ocre, une des seules couleurs vives de ce tableau.

4

La manière dont les plis, ainsi que les ombres et lumières, sont peints ici montre bien le coup de pinceau représentatif du peintre. Bien que la robe soit grise dans son impression globale, chaque détail est peint dans une couleur différente : les lumières avec du jaune, les pleins en rouge et les ombres avec des bleus.

5

La petite fille à droite est quant à elle dans un style très différent : son manteau est plus sombre, assorti à celui de la femme qui l’accompagne, mais elle est également couverte d’ornementation. Son col semble être en dentelle, ainsi que le bas de ses manches. Des boutons blancs ressortent, comme un motif sur la couleur foncée, et sa tête est couverte d’un chapeau qui pourrait être de la plume.

C’est le contraste entre les deux personnages qui laisse donc penser que la petite fille est d’un milieu riche, prête à jouer, cerceau à la main, tandis que la jeune femme de gauche vient d’un milieu plus pauvre et que son occupation est plus terre à terre.

6

Cela nous est d’ailleurs confirmé par l’observation de la femme qui surveille les enfants et de l’autre petite fille, elles aussi dans des tenues plus chargées de détails, chapeau, fleurs et écharpes ou cols fournis.

7

Au fond de la toile est dépeinte une multitude de personnes, qui se battent pour continuer à être protégées par leurs parapluies. Ce qui me plait ici c’est que le nombre est autant dépeint par un mélange de figures, que finalement par les nombreux parapluies qui s’entremêlent et prennent de la place.

 

On remarque bien ici la différence de trait entre le tissu tendu des parapluies et le mouvement des tissus des vêtements.

Pour terminer, je trouve cette scène humaine, vivante et naturelle. Et bien que l’époque ne soit plus la même, je pense que la situation peut nous être complètement familière. Le tableau est pour moi représentatif du peintre, qui sait donner un aspect proche et familier à des scènes pourtant figées.

Pour aller plus loin :

La parole est à vous :

  • Connaissiez-vous cette oeuvre ?
  • Quelles sont vos oeuvres préférées du peintre ?
  • Donnez votre avis sur mes observations !
  • Avez-vous d’autres liens à communiquer en rapport avec cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements