Aujourd’hui, j’ai choisi un très beau court-métrage de l’école ESMA, par Laura BOUQUET, Raphaël CHRISTIEN, Clotilde GILLARDEAU, Matthieu LAILLER, Mélodie Mouton et Romain MACE, Au fil de l’âge.

Le synopsis du film

A travers un voyage initiatique, une grand-mère atypique va transmettre à sa petite-fille les valeurs qui lui sont chères.

Les personnages et les décors

Dans ce court-métrage, ce qui m’a beaucoup plus est que les décors du monde imaginaire sont également en tissus. Et bien que le film soit en animation, les textures et les couleurs donnent un rendu très vivant des matières.

L’histoire ne met en scène que deux personnages, la petite fille et sa grand-mère.

Le cour métrage commence dans le salon de la grand-mère, où nous découvrons des photos plus ou moins anciennes sur les murs, qui définissent le contexte de souvenir et de vécu qui est véhiculé à travers l’histoire.

2

Nous noterons ici que le cactus est d’ores et déjà en tissus, ici en lainage tricoté, comme le sera par la suite l’intégralité du décor.

3

 

Puis la scène s’élargit et nous voyons les deux protagonistes :

  • la grand-mère dans une tenue verte, rouge et bordeau,
  • et la petite fille, dans un ensemble rouge vif.

Autour d’elles, la pièce est remplie de tissus :

  • les rideaux oranges à la fenêtre
  • le tapis aux motifs de lignes
  • les poufs et les coussins, répartis dans la pièce
  • mais également les tissus à droite encore en rouleaux.

Chacun de ses éléments est couvert de motifs, ce qui donne un ensembl joyeux et très diversifié. Ce sont les motifs et les tissus que nous retrouverons par la suite dans le voyage.

4

Dans cette première partie, la grand-mère offre à sa petite fille une poupée, entièrement fabriquée en tissus, à l’effigie de la petite fille. Ici également, la poupée n’est pas unie, mais chaque tissu qui la compose a ses propres motifs, donnant finalement du réalisme et du relief à l’ensemble.

5

Puis, les deux femmes partent dans un voyage onirique sur la moto de la grand-mère.

Là nous retrouvons des paysages composés par les tissus de la pièce précédente, et les accessoires qui la composaient.

Si les motifs ne sont pas naturels, il faut néanmoins notés que les couleurs utilisées reprennent des couleurs que l’on peut trouver dans la nature, des couleurs chaudes pour la plupart, et principalement des couleurs de terre.

6

A travers le voyage, la musique rock qui nous accompagne donne le ton, et fait référence à des groupes emblématiques de la jeunesse de la grand-mère. Les personnages évoqués sont d’ailleurs également mis en scène très simplement, à travers des cactus “vivants”.

7

Au cours du voyage nous avons plus l’occasion de voir la grand-mère de près, et notamment de s’apercevoir que ces vêtements comportent également des motifs, que ce soit son pantalon ou ses bottines.

8

Alors que les deux femmes évoluent vers un paysage plus valloné, nous pouvons voir une évolution. Les éléments sont plus précis, plus travaillés et fabriqués. Je pense qu’ici, l’initiation consiste non plus à la découverte d’un univers, mais plutôt d’un savoir-faire, et d’une expérience.

9

Les arbres sont en boules d’épingles, réalisées en crochets, et les fruits qui en pendent sont des boutons. Les plantes grimpantes, quant à elles sont des rubans, flottants au vent, tandi que les séparations entre deux collines sont visiblement cousues à la main.

10

C’est d’ailleurs un fil de la petite fille que la grand-mère va planter, et qui va au final donner une fleur, comme une représentation de la graine de la connaissance.

11

Pour montrer que malgré ce qu’elle a appris et ce qu’elle continue à apprendre, la petite fille va devoir faire sa route seule, elle doit grimper une montagne de poufs, symbolisant des rochers, qui sont plus assortis à elle qu’aux couleurs de la grand-mère, et qui passent petit à petit dans l’ombre. La fille doit quant à elle grimper pour continuer à voir la luière du soleil.

12

et elle découvre un nouveau paysage, plus simple que le précédent et plus proche du premier pour symboliser le voyage qu’elle va devoir faire seule à présent. On notera au passage que le motif à changer, ce sont à présent des fleurs que l’on peut voir sur le tissu, comme la fleur qui a poussée du sol au tableau précédent.

13

Alors que nous retournons au monde réel, nous découvrons la petite fille, à présent jeune adulte, qui dépose une moto qu’elle a visiblement faite elle-même en tricot, sur la tombe de sa grand-mère. Les couleurs de la moti sont plus froides que celles de sa grand-mère, plaçant visiblement le voyage dans le passé.

14

Puis la jeune femme part, et nous pouvons voir que sa tenue est plus sombre, plus uniforme, mais avec des motifs qui se dessinent déjà, sur son sac, et un tatouage sur son dos.

Alors qu’elle démare sa moto, nous voyons que si les bottines qu’elle porte ne sont pas les mêmes, la couleur en est pour autant la même. Les motifs n’y sont pas encore, ils viendront sans doute par la suite de sa vie, au fur et à mesure des expériences.

Pour conclure, je trouve ce court-métrage poétique et bien travaillé sur les thèmes de la mort, la vie et la transmission de soi à son prochain.

La parole est à vous :

  • Connaissiez-vous ce court métrage ?
  • Trouvez-vous le message clair ?
  • Avez-vous vécu des impressions similaires avec vos grands-parents ?
  • Avez-vous d’autres liens à donner concernant cet article ?

Dites-moi tout en commentaire …

Advertisements