Search

Dentelle & Pellicule

Un blog sur tout ce qui a trait au costume

Category

Sur moi

La fin d’un commencement : habilleuse à Disney

Et voilà, mon contrat à durée déterminée à Disneyland Paris en tant qu’habilleuse s’est terminé lundi. Petit bilan sur ces mois passés à vivre un rêve …

Huit mois de rêve

Pour ceux qui me suivent au mois depuis le début de l’année, vous avez dû voir cet article où j’expliquais mon retour aux sources et mon changement de vie. J’ai récemment relu cet article, plein de rêves et d’espoirs, et je dois dire que huit mois plus tard, je suis toujours dans la même optique.

Ce contrat, si court soit-il (mais bien long pour le monde du spectacle), a été l’occasion d’une grosse remise en question de ma part, et d’une prise de conscience que mon rêve n’était pas mort, loin de là, et que je devais faire quelque chose pour l’atteindre.

Vous l’avez compris, le monde de Walt Disney, et plus particulièrement les parcs de Disneyland Paris composent un univers que j’aime particulièrement, et c’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai rejoint la magie. À l’issue de ces huit mois, je peux vous dire que j’ai découvert beaucoup de choses très différentes, et une entreprise qui, de l’intérieur, me plait autant que de l’extérieur.

Pas de désenchantement

Une des questions à laquelle j’avais eu droit avant de commencer, et connaissant mon engouement pour les parcs, avait été : “Mais tu ne crois pas que ça va tuer la magie pour toi ?”

J’avais déjà eu à l’époque une idée de la réponse, et je peux aujourd’hui confirmer que non : aucun désenchantement de ma part du fait d’avoir vu l’envers du décor. Au contraire, de savoir comment la magie opère me donne un sentiment de privilège, du fait de pouvoir moi-même y participer.

J’ai toujours su que travailler dans le monde du spectacle m’amènerait à voir l’envers du décor, mais à aucun moment ne s’est appliqué pour moi cette connotation négative sur la notion.

Des équipes soudées

Ce que j’aime dans le monde du spectacle est qu’un spectacle ne peut fonctionner que par le travail d’une équipe entière : les lumières, le son, la régie, les acteurs (ou danseurs), etc., et bien sûr l’habillage.

Je n’avais en revanche jamais eu l’occasion d’être dans de grosses équipes d’habillage et de voir donc ce travail d’équipe au sein même du département costume. À Disney, j’ai pu travailler en équipe allant de deux à dix personnes, dans des contextes très différents. Mais dans chacun des cas, les équipes d’habillage travaillaient de manière soudée, en coordination pour la satisfaction des spectateurs. Et ça, c’est un environnement de travail dans lequel il est agréable de travailler.

De plus, à partir du moment où chaque équipe fonctionne de manière efficace et harmonieuse, les équipes entre elles forment également un ensemble cohérent. Et cela, ajouté au fait que les “performers” ne changent que peu de scène, crée une ambiance familiale autour de chaque spectacle et à travers les nombreuses équipes qui y travaillent.

Bien sûr, le monde n’est pas tout rose, et tous les comportements et les manières d’être de chacun ne sont pas forcément compatibles, mais le travail d’équipe a dans tous les cas primé, car chaque individu a mis son professionnalisme avant toute autre chose.

 

Un travail varié

Si le travail d’un habilleur consiste toujours au même objectif : habiller les “performers” pour que le spectacle puisse avoir lieu, ce qui m’a particulièrement plu dans ce travaille d’habillage spectacle est que chaque spectacle est différent, avec une organisation différente, des costumes différents, des lieux de travail différents et même des horaires différents !

En changeant de scène de travail, j’avais souvent l’impression de changer d’entreprise, dans mon travail quotidien, et donc de ne pas m’ennuyer grâce à la variété de la proposition. Malgré cela, je n’ai pas encore découvert toutes les scènes existantes, et bien sûr, d’autres spectacles sont encore à venir.

 

 

Pour conclure …

Pour faire écho à cet article que j’avais fait juste après le début de mon contrat, je ne regrette donc pas ce choix de changer de travail et de vie, pour poursuivre ce rêve qui m’était si cher.

Bien que le métier de costumière soit toujours un objectif, j’ai véritablement pu apprécier ce métier d’habilleur, un métier au coeur de l’action et proche de la finalité, un métier actif et dynamique, et un métier d’équipe pour le plus grand bonheur du spectateur.

Et si je n’ai plus de contrat pour le moment, j’ai à présent la certitude que ce changement n’est pas en vain et que je pourrai continuer dans cette voie et en faire véritablement un métier. C’est donc autant une fin qu’un début pour moi.

Je sais que ces derniers temps j’ai beaucoup parlé, plus de moi que de costumes, mais j’espère pour autant que vous ne m’en tiendrez pas rigueur …

La parole est à vous :

  • Connaissez-vous les parcs Disney, à Paris ou ailleurs dans le monde et que pensez-vous de cette magie ?
  • Avez-vous déjà vu des spectacles à Disneyland Paris ?
  • Lesquels et vous ont-ils plu ?
  • Avez-vous d’autres expériences à partager sur cet article ?
Advertisements

Mes conseils internet – A vos claviers

En ce début de semaine, j’ai eu envie de faire un article un peu différent et que je prépare depuis un moment : je vais vous parler des pages internet (YouTube et autres) que je suis régulièrement et qui parlent (évidemment) de costume. La liste n’est pas exhaustive, et je referai probablement d’autres articles du genre si cela vous plait.

Attention, presque tous les liens sont en anglais …

Sur le costume historique

  • Handbound costumes, une chaîne YouTube sur du costume historique, qui détaille des pièces, une chaîne peu active, mais très intéressante.
  • The Ultimate Fashion History est une chaîne YouTube qui raconte l’histoire de la mode en petites parties digestes et de manière claire.
  • Couture Urbaine est une site qui est une mine d’or d’information sur le costume, et notamment comment faire certaines pièces précises.
  • Mode d’hier et d’aujourd’hui est un site sous format blog qui traite de nombreux sujets, mais très souvent de costume historique.
  • Des aiguilles et des costumes est un forum qui vous permet de parler de notre passion commune, le costume
  • La couturière parisienne parle de costume historique, de toutes périodes, et avec à l’appui des images de références.
  • La costumière hystérique est un blog qui parle costume, principalement costumes historiques, mais également expositions et autres choses autour du costume.

Sur le costume de cinéma

  • Costume cinematographico, une chaîne YouTube qui détaille des costumes de film ou séries.
  • Armstreet Chronicles est la chaîne YouTube d’une marque qui vend des costumes aux allures historiques. Leur chaîne montre en détail les pièces et parfois même les méthodes de fabrication.
  • Clothes on Film est un site dédié au costume de cinéma, comme son nom l’indique
  • Recycled Movie Costumes est un site amusant qui s’intéresse uniquement aux costumes de cinéma ou de séries réutilisés dans un autre contexte.

Sur le métier en lui-même de costumier

Sur le cosplay

  • Cosplay Tutorial est une vraie ressource d’informations concernant le cosplay, avec de très bons conseils pour débutants ou avancés
  • Kamui Cosplay est un site sur lequel la cosplayeuse du même nom présente ses créations, mais également montre comment elle fait la majorité de ses costumes. Elle vend également les livres qu’elle a écrits.
  • The costume detective est un site qui vous donnera des idées pour commencer simplement le cosplay et la création

Sur le DIY (Do It Yourself) et la création en général

  • Les pies bavardes est un blog très utile si vous souhaitez vendre vos créations. L’auteur donne des conseils marketing et juridiques intéressants.
  • Si vous voulez tester le Worbla, ou juste approfondir vos connaissances, le site de la marque Worbla a une section tutoriels très bien faits
  • Si vous vous intéressez au DIY plus généralement que pour le costume, le site de Makezine, le magazine créatif, regorge d’idées et de tutoriels.

Sur la couture

  • Angela Clayton, la chaîne YouTube d’une costumière qui explique ses procédés pour faire des costumes historiques
  • Enchanted Rose Costumes, une autre chaîne YouTube de costumière qui permet de suivre pas à pas le montage d’un costume
  • Fondation Revealed est un site consacré aux sous-vêtements féminins principalement. Les contenus sont très intéressants, mais la plupart sont payants. En revanche, de temps en temps ils ajoutent des contenus gratuits, tout aussi intéressants.
  • Le Craftsy Blog montre de nombreux tutoriels de choses à faire, que ce soit en couture, crochet, tricots, ou autres. Attention, certains modules sont payants.

Et voilà déjà pour un premier tour d’horizon. Qu’en pensez-vous ?

La parole est à vous :

  • Avez-vous des listes de sites de ce genre-là ?
  • Y en a-t-il qui ne vous plaisent pas dans ceux que j’ai cités ?
  • Quels sont vos favoris ?
  • Que pensez-vous de cette “culture gratuite” qui existe aujourd’hui avec l’avènement d’internet ?

Trésors du passé

Aujourd’hui, je fais un article un peu différent puisque je ne vais pas réellement parler de costumes mais de références à l’histoire. En effet, j’ai chez moi un certains nombre d’objets historiques, qui me servent souvent comme base d’inspiration.

L’importance du passé

Lorsqu’on s’intéresse au costume, je pense qu’il est indispensable de s’intéresser au passé. Les fois où j’ai le mieux bien retenu des faits en cours d’histoires étaient quand ils étaient expliqués à travers les réactions des hommes, socialement plutôt que simplement par date. Et l’évolution de l’histoire du costume fait pour moi un lien et un marqueur temps intéressant.

Pour autant, je ne suis pas très connaisseuse, comme certains costumier, des dates et des époques costumes. Certains sont capable de nommer à la vue d’un costume l’année exacte de sa parution, et de donner, en regardant un film, tous les défauts de périodes qui auraient pu être commis. Je ne me prétend pas de ces personnes, que j’admire sincèrement pour leur savoir et leurs connaissances.

En revanche, j’apprends constamment et continue à m’améliorer pour situation des tenues par périodes.

Collectionner le passé

Continue reading “Trésors du passé”

Qui suis-je ? – A mon clavier

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire, et quelle meilleure occasion de vous parler un peu plus de moi … ?

Par où commencer …

Je n’ai pas  vraiment l’habitude de parler de moi, surtout ici, mais je me dis qu’il y a un début à tout. Donc, lançons-nous.

Tout d’abord, je m’appelle Nathalie, j’ai 30 ans et toutes mes dents (sauf les dents de sagesse) et je vis en région parisienne.

Je suis hyperactive, passionnée, et à la fois maniaque et vivant dans le bazar (oui je sais c’est paradoxal).

J’aime le sport, la nature, passer du temps avec des amis, les jeux de société et surtout les loisirs créatifs. Après cinq ans d’études où j’ai été incitée à expérimenter avec tout et n’importe quoi, je garde à présent tout et n’importe quoi et je suis curieuse des matières et des médiums créatifs (au grand désespoir de mon ami, qui trouve que je garde tout et n’importe quoi à la maison sans raison !).

Ma passion du costume

Aussi bizarre que cela puisse paraître, j’ai toujours voulu être costumière. J’ai très tôt su (vers 6 ans) que je voulais travailler avec les tissus. Mon premier instinct a été de dire que je voulais devenir couturière. Puis ma belle-mère, trouvant que “couturière” était un métier trop simple pour une jeune fille de bonne famille ayant la possibilité de faire des études, m’avait incité à chercher plus loin, m’orientant vers le métier de styliste.

Mais à 7 ans grâce à ma maman et aux nombreux spectacles qu’elle m’a emmené voir, je décidais ce que je voulais réellement faire : costumière. Créer des vêtements d’inspiration diverse pour faire briller les yeux des spectateurs : c’était mon rêve.

J’aimais le côté création, le côté arts de la scène, le côté changeant d’un spectacle à l’autre, et je n’ai depuis pas changé d’avis.

Paradoxalement pour quelqu’un qui a rêvé de ce métier si tôt, je n’y accèderai finalement qu’assez tard puisque je n’y suis pas encore complètement parvenue … ce qui ne m’empêche pas d’y croire encore.

Cela dit, maintenant que je connais mieux le monde du costume et du spectacle en général, je trouve que le métier de costumière, bien que toujours fascinant, a un côté un peu plus statique et moins en contact avec le spectacle en lui-même que le métier d’habilleuse. Si ce dernier est souvent moins reconnu comme gratifiant dans le métier, il est indéniable que c’est un métier qui bouge et qui est indispensable, notamment dans les spectacles vivants.

Néanmoins, une fois fixée sur le métier de costumière, j’ai donc entrepris des études correspondantes, en faisant une mise à niveau en arts appliqués après mon baccalauréat, puis en intégrant un DMA (Diplôme des Métiers d’Arts) costumier-réalisateur au lycée Paul Poiret à Paris.

Notons qu’à l’époque, il existait quatre écoles en France qui proposaient ce diplôme, et les 70 étudiants par an qui sortaient des filières suffisaient déjà à bloquer le marché de l’emploi. Actuellement, plus de dix écoles proposent cette même filière, et autant de jeunes diplômés en plus arrivent de nos jours sur le marché du travail.

De ma promotion de DMA, seules trois personnes sur douze ont continué dans le métier de costumier (je m’exclus du compte, puisque je ne considère pas avoir débuté en sortant des études).

À l’époque un peu jeune, et ne souhaitant pas arrêter mes études, j’ai décidé de poursuivre par un BTS DMTE (Design de Mode Textile et Environnement), en gros du stylisme. Je voulais avoir un côté plus ouvert sur la création de costumes, et si ces deux nouvelles années ont certainement développé mes réflexes et m’ont permis de mûrir professionnellement, je pense également qu’elles m’ont fermé des portes en ne me permettant pas de garder les contacts professionnels forgés à la fin du DMA.

Néanmoins, je ne regrette pas ce parcours, d’un côté parce que cela ne sert à rien, et ensuite parce que j’ai tout de même beaucoup appris, et que la connaissance est toujours utile.

Après avoir tâtonné plusieurs années à ne trouver que peu de travail, j’ai choisi de faire un travail plus “alimentaire”, mais néanmoins très intéressant. J’ai été formé aux ressources humaines, et j’ai commencé à faire du conseil en intégration entreprise. Si ce travail n’avait rien à voir, il m’a permis de connaître un monde plus stable, plus carré quant à son fonctionnement, mais également à tenir un poste que je n’aurais jamais eu l’occasion de faire si tôt (et peut-être jamais) si j’étais simplement resté en costume : manager.

Comme vous avez pu le voir, depuis peu je suis retournée à mes premières amours et j’espère cette fois-ci avoir l’occasion d’y rester.

Le cosplay

Au lycée, j’ai découvert de loin le monde du cosplay, que j’ai immédiatement trouvé à la fois fascinant et effrayant.

Car si le challenge de la création des costumes me plait énormément, le fait de devoir soi-même incarner le personnage est un tout autre challenge, car si j’ai choisi le métier de costumière, c’est en partie parce que ce n’est pas un métier de scène à proprement parler.

Ce n’est donc que tardivement que j’ai réellement choisi de me lancer dans le cosplay, bravant ma timidité et repoussant (clairement) mes limites.

C’est une expérience assez unique, qui va sans doute m’aider dans ma timidité globale et qui permet de plonger dans un univers exceptionnel de rêves et de partages.

Facebook Cover - post Japan

C’est également un plongeon dans la réalité, où il est évident que de nombreux jeunes cherchent à percer en tant que cosplayeurs, ou costumiers ou stylistes et qu’il n’y aura évidemment pas de place pour tout le monde professionnellement. D’un point de vue amateur en revanche, chacun a sa place et c’est appréciable.

Ce blog

Il y a un peu plus d’un an, j’étais encore dans ce domaine des RH quand je me suis dit qu’il me manquait un contact avec le monde du costume. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de me lancer dans le cosplay réellement, et également que j’ai décidé d’ouvrir ce blog.

À défaut de pouvoir faire des costumes, au moins je pourrai en parler.

J’ai toujours aimé écrire, bien que j’avais plus tendance à me tourner vers la fiction, mais je me souviens avoir dit à ma maman que je voulais être “costumière et écrivain” (à l’époque, le féminin du mot n’était pas admis), consciente du fait que l’un comme l’autre risquait de ne pas suffire à me nourrir.

Bien que je ne me considère pas comme “écrivain” puisque ce n’est absolument pas le cas, je suis contente de pouvoir communiquer par ce biais.

Vous l’avez sans doute remarqué pour ceux qui me suivent un peu régulièrement, les articles ne sont pas très réguliers dans leurs contenus. Car si je tiens le rythme de trois articles par semaines, je dois reconnaître que certains me prennent un peu de court et que je les fais plus rapidement que d’autres. J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur …

Au fur et à mesure, pour les besoins du blog, je m’aperçois que je regarde les films et les séries autrement, que je regarde d’autres types de films et de livres, et que je range mentalement ce que je vois dans des catégories.

L’avenir …

Je souhaite continuer ce blog du mieux possible, puisqu’il me tient à coeur, et je continue à voir que vous le lisez !

Je vais terminer mon premier contrat à Disney en septembre, et j’espère y être reprise par la suite pour d’autres contrats dans les années qui viennent.

J’aimerais un jour pouvoir créer ma propre entreprise … j’ai quelques idées, mais pas forcément très mûres pour le moment, je cherche à les peaufiner, mais manque un peu de temps pour le faire.

Quel que soit le biais, j’aimerais un jour arriver à devenir costumière !

La parole est à vous :

  • Y a-t-il des points que je n’ai pas mentionnés ici et qui vous intéresseraient ?
  • Avez-vous des situations que j’ai mentionnées et qui vous parlent ?
  • Qu’est-ce qui vous passionne dans votre vie ?
  • Pensez-vous que ce genre d’articles devrait revenir plus souvent ? Et sur quels sujets ?

Mickey et le Magicien à Disneyland Paris

La Saison de la force est à présent terminée et bien que certains shows Star Wars auront toujours lieu à Disneyland Paris, il semblerait qu’il est temps pour moi de ranger les Stormtroopers et de m’approcher des princesses puisque je vais changer de coulisses pour me rendre auprès de Mickey et le Magicien, un show inauguré l’année dernière et qui a rouvert il y a deux semaines à Disneyland Paris.

L’histoire

Inspiré du morceau “l’apprenti sorcier” de Fantasia, le spectacle raconte l’histoire de Mickey,n venu nettoyer de nuit l’atelier d’un magicien, et qui cherche à pratiquer lui-même la magie.

2

Durant cette nuit, il va découvrir la magie venue de nombreux personnages et comprendre les différences de magie qui existent et les messages importants à retenir. La marraine de Cendrillon, les objets enchantés de la Belle et la Bête, le sorcier Rafiki du Roi Lion, le génie d’Aladdin, et pour finir l’ensorceleuse Reine des Neiges et son bonhomme de neige magique.

3

Ma critique du spectacle

Je n’ai eu l’occasion de voir le spectacle qu’une seule fois lors de sa première saison l’année dernière. Néanmoins, j’en avais déjà gardé un souvenir magique. C’est donc avec plaisir que je suis retournée le voir depuis son ouverture cette année, et avec beaucoup d’enthousiasme que j’attends de pouvoir y travailler.

Continue reading “Mickey et le Magicien à Disneyland Paris”

Une nouvelle aventure professionnelle : habilleuse à Disney

Aujourd’hui, je vais faire un article un peu plus court et qui parle un peu plus de moi. En effet, voilà deux semaines que j’ai complètement changé d’environnement puisque je suis retourné à un travail qui correspond plus à ma formation : je suis habilleuse chez Disney.

Pourquoi maintenant ?

Si j’ai eu départ eu l’occasion de faire des études dans le costume, je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de réellement en faire mon métier jusqu’ici. Le monde du spectacle est un milieu assez fermé, où pour trouver du travail, il faut souvent déjà connaître quelqu’un capable de vous en proposer et qui vous fasse suffisamment confiance pour le faire. Bref, c’est complexe.

De ma promotion d’école de 12 personnes, seulement la moitié a finalement continué dans cette voie, avec plus ou moins de succès.

Peut-être me suis-je découragée trop vite pour ma part, mais le résultat est le même : j’étais partie travailler dans un autre domaine, ne faisant que de courtes missions de part et d’autre dans le domaine du spectacle quand j’en trouvais.

Et récemment, je surveillais le site de recrutement de Disney et j’ai décidé de postuler à nouveau à une de leurs annonces. Et voilà quelques jours plus tard, le service casting me recontacte pour un contrat ! Évidemment j’ai accepté et je me lance donc dans cette nouvelle aventure.

Je suis donc habilleuse spectacle chez Disney pour quelque temps !

Pourquoi Disney ?

Ceux qui suivent ce blog depuis quelque temps ont pu le comprendre, j’aime bien Disney et particulièrement le parc Disneyland Paris dans lequel j’ai pu passer d’innombrables heures au cours de ces 10 dernières années de passeport annuel.

J’aime le côté magique de ce parc et de tout ce qui s’y passe : chaque spectacle, décor, attraction ou activité est prévue pour que le visiteur y trouve son compte, et ce quel que soit son âge ou ses héros favoris. Pour moi qui aime tous les dessins animés et les héros Disneys, le parc est donc un régal.

Vous pourriez penser qu’en travaillant dans les coulisses, je risque de perdre de cette magie du spectateur, eh bien je ne pense pas. Bien entendu, cela ne fait que deux semaines que j’y travaille, mais rien dans la connaissance des coulisses ne me lasse pour le moment. Et au contraire, connaissant l’effet que peut faire un spectacle sur les spectateurs (en ayant vécu beaucoup en tant que visiteur moi-même), je suis fière de pouvoir participer à cet ensemble et à cette magie. J’aime voir les visages des enfants et mêmes des adultes s’illuminer lorsqu’un personnage apparait où que le spectacle commence, sans me lasser pour autant de connaître le show par coeur et de le voir parfois plusieurs jours de suite.

Que fait un habilleur ?

Bien entendu, je ne pourrai dévoiler aucun détail d’arrière-scène de Disney. Néanmoins, je peux parler du métier que j’exerce.

L’habilleur est la personne au contact des acteurs, qui va donc leur préparer les costumes qu’ils doivent porter chaque jour et faire en sorte, avec les autres personnes de l’organisation, qu’ils soient prêts à partir au spectacle à l’heure.

Cela signifie donc qu’il faut préparer les costumes, les nettoyer, les entretenir et les réparer si besoin afin que tous les spectacles de la journée puissent se dérouler dans de bonnes conditions.

L’habilleur aide l’acteur à s’habiller si besoin, et va s’arranger pour que son costume se trouve toujours au bon endroit quand il en a besoin.

Dans certains cas, il peut arriver que les accessoires soient également à la charge des habilleurs, comme les sacoches, les chapeaux ou les armes, par exemple.

L’habilleur, en plus de travailler avec les acteurs, va travailler côte à côte avec les maquilleurs, les coiffeurs et les régisseurs (qui gèrent l’organisation et les plannings de chaque journée).

Mon conseil …

Si vous avez un rêve et que vous avez des difficultés à l’atteindre : ne vous découragez pas complètement. Votre chemin va sans doute vous amener à prendre des détours, il vous suffit de prendre chaque expérience comme une marche qui finira à vous amener à votre but et vous apprendra des choses nouvelles, même si la ligne n’est pas toute droite et toute tracée.

Pour ma part, même si cette expérience a pour le moment une fin programmée (puisque je suis en CDD) je vais profiter de chaque journée pour vivre le métier de mes rêves …

C’est tout pour cet article un peu différent. J’espère que vous avez néanmoins apprécié.

La parole est à vous :

  • Avez-vous un métier rêvé ? Et si oui, l’avez-vous atteint ?
  • Connaissez-vous les parcs Disney, à Paris ou ailleurs dans le monde et que pensez-vous de cette magie ?
  • Connaissiez-vous le métier d’habilleur ?
  • Avez-vous d’autres expériences à partager sur cet article ?

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑